Scientific Linux et Antergos annoncent l'arrêt du développement de leurs distributions Linux
Linux Mint pourrait leur emboîter le pas

Le , par Bill Fassinou

145PARTAGES

13  2 
Aujourd’hui, sur le marché des OS pour PC, l’OS le plus utilisé demeure Microsoft Windows, secondé par Mac OS et Linux obtenant à peine les trois pour cent sur ce marché. Pourquoi ? Linus Torvalds, le principal activiste du projet Linux a mis en avant le problème de la fragmentation de l’OS open source. D’autres ont cité d’autres problèmes tels que le manque de constructeurs proposant des PC avec Linux préinstallé, le support des pilotes et des logiciels propriétaires, etc. Les problèmes ne manquent pas et l’on craint que cela n’entraîne la fin, une par une, des distributions Linux. Antergos et Scientif Linux, deux des nombreuses distributions de l’OS open source viennent d’annoncer leurs fermetures et dans la communauté, on prévoit également la fin très prochaine de Linux Mint, également une distribution très populaire de Linux.

Quel avenir voyez-vous pour les distributions Linux sur le marché des PC ? Vont-elles toutes disparaître et être seulement réservées pour les usages sur les serveurs, les appareils mobiles et le cloud ? Les questions deviennent de plus en plus nombreuses au sein de la communauté. Lorsque Linus Torvalds a été sollicité en 2018 pour s’exprimer sur l’avenir du projet auquel il a donné naissance, il a indiqué que l’OS open source ne parvenait pas à s’imposer sur le PC du fait de sa fragmentation. L’OS n’a presque jamais ou a rarement dépassé les 3 % sur le marché du desktop. En effet, dans la filière desktop, c’est l’OS de la firme de Redmond qui continue de faire la loi avec une part de marché avoisinant les 90 %.

En parlant, Torvalds a souhaité que la communauté se mette d’accord pour développer un système d’exploitation standardisé pour contourner ce problème. « Je souhaite que nous [la communauté] fassions plus d’efforts dans le sens d’aller vers une offre de bureau standardisée, qui tournera sur toutes les variantes du système d’exploitation. Je suis personnellement très embêté de voir à quel point ce degré de fragmentation a freiné Linux sur le desktop », a lancé Torvalds depuis le mois de décembre 2018. Il reste à savoir si son appel sera entendu par la communauté et attirera l’avis positif des autres développeurs de distributions Linux.

Un autre avis sur le sujet est cette fois celui de Mark Shuttleworth, fondateur et PDG de Canonical, la société qui édite Ubuntu, qui estime que le retard de Linux sur les autres OS de bureau se retrouve dans le fait que la communauté n’a rien inventé dans Linux qui soit profondément, puissamment en avance sur son temps. « Je pense que le plus gros problème est que nous n'avons rien inventé dans Linux qui soit profondément, puissamment en avance sur son temps... J'aime ce que les gars de Chrome OS font parce qu'il y avait une vision très futuriste du bureau, une extension du Web. Et donc, ils méritent essentiellement leur succès, car ils étaient prêts à créer quelque chose qui n’existait pas dans un monde où, pour la plupart des gens, un OS de bureau ressemblait à Windows », a-t-il expliqué ce mois-ci.

En gros, bien qu’une bonne partie des développeurs prétendent que la grande variété de distributions concurrentes offre plus de choix aux utilisateurs, ce choix peut également être accablant. Il est trop difficile pour les nouveaux utilisateurs de choisir une distribution ou de les amener à choisir une distribution, car ces derniers ont peur de tomber sur une distribution mal construite ou non prise en charge correctement, fournissant ainsi une mauvaise première expérience. C'est à cause de ces différents problèmes et peut-être également à cause du manque de développeurs pour assurer la maintenance et la survie des innombrables distributions Linux que deux d’entre elles viennent de fermer.


En effet, Scientific Linux et le projet Linux Antergos ont annoncé respectivement en avril et en mai 2019 l’arrêt du développement de leurs différentes distributions. Alors que Red Hat Linux Enterprise 8 (RHEL) venait juste d’apparaître, Scientific Linux qui est une recompilation de RHEL va être abandonné par ses développeurs. En détail, Scientific Linux est une distribution Linux open source développée conjointement par Fermi National Accelerator Laboratory (Fermilab) et par le CERN. Elle est basée sur Red Hat Enterprise Linux avec l'intention d'être 100 % compatible au niveau binaire. Dans un mail adressé à la communauté, Fermilab a annoncé qu’il arrêtait le développement de la distribution et que la version Scientific Linux 8 ne verra pas le jour.

La décision vient du fait que Fermilab veuille se tourner désormais vers CentOS comme l’a fait CERN qui s’est retiré de Scientific Linux quelques années plus tôt et s’est également tourné vers CentOS. « À cette fin, nous déploierons CentOS 8 dans nos environnements informatiques scientifiques plutôt que de développer Scientific Linux 8. Nous collaborerons avec le CERN et d’autres laboratoires afin de contribuer à faire de CentOS une plateforme encore meilleure pour l’informatique physique de haute énergie. Fermilab continuera à prendre en charge Scientific Linux 6 et 7 tout au long de leur cycle de vie respectif. Merci à tous ceux qui ont contribué à Scientific Linux et qui continuent à le faire », a écrit Fermilab dans son mail.

Le projet Linux Antergos, quant à lui, est une distribution Linux basée sur Arch Linux. Il utilise l'environnement de bureau GNOME 3 par défaut, mais peut aussi employer le bureau Cinnamon, MATE, KDE Plasma 5, Deepin, et Xfce. Il s’agit de l’une des distributions les plus populaires de Linux avec, selon les chiffres de ses éditeurs, 931 439 téléchargements uniques d'Antergos depuis 2014. Après la sortie de sa version 19.4 en avril passé, les développeurs de cette distribution ont annoncé la fin de celle-ci, ce mois. Le principal problème évoqué dans la note adressée à la communauté est que les développeurs n'ont plus assez de temps libre pour entretenir correctement Antergos et que continuer à négliger le projet nuirait énormément à la communauté.


« Aujourd'hui, nous annonçons la fin de ce projet. Comme nombreux d'entre vous l'ont probablement remarqué au cours des derniers mois, nous n'avons plus assez de temps libre pour entretenir correctement Antergos. Nous avons pris cette décision parce que nous pensons que continuer à négliger le projet nuirait énormément à la communauté. Effectuer cette action maintenant, alors que le code du projet fonctionne toujours, offre aux développeurs intéressés une opportunité de prendre ce qu'ils trouvent utile et de démarrer leurs propres projets », a écrit l’équipe Antergos dans un billet de blog en date de ce 21 mai. Ils ont cependant exprimé le besoin de développer en amont un autre projet qui portera le nom de Endeavour.

Après Scientific Linux et le projet Linux Antergos, à qui donc le tour de fermer sa distribution ? Dans la communauté, on pense que ce sera Linux Mint qui suivra. Bien qu’à ses débuts en 2006, Linux Mint offre énormément d’avantages par rapport aux autres distributions de Linux, dans la communauté, l’on estime que celui-ci s’est fait rattraper et qu’il n’est désormais qu’un environnement de bureau, faisant référence à Cinnamon. Linux Mint est venu avec des codecs contenant des brevets qui n’étaient pas faciles à installer dans des distributions populaires telles qu’Ubuntu ou Fedora. Les brevets pour MPEG-2, MP3 et Dolby AC3 ont expiré depuis, ce qui a permis aux distributions Linux de fournir cette fonctionnalité librement, par défaut. Bien que Mint ait été l'une des premières distributions à résoudre efficacement ce problème, l'idée même que Mint est plus facile à utiliser, car elle fournit des codecs installés par défaut, n'a plus sa raison d'être comme d'autres distributions l'ont depuis rattrapé.

Il semblerait que Linux Mint a en fait régressé dans cette position, les codecs n'étant plus installés par défaut à partir de Linux Mint 18, ce qui fait de lui une distribution Linux identique aux autres. De plus, pendant un certain temps, Linux Mint semblait fonctionner d'une manière que les autres distributions avaient du mal à faire, car elles mettaient trop de nouveaux logiciels à la disposition des utilisateurs. Cinnamon est né de ce chaos, le fork de GNOME 3 construit pour Linux Mint qui utilise le paradigme de bureau classique introduit dans Windows 95. C'est familier et c'est une bonne chose. Même si Linux Mint n’a pas commencé avec Cinnamon, l’on pourrait dire que l’essentiel du code original produit par l’équipe Linux Mint est lié à Cinnamon, c’est la raison pour laquelle la distribution possède cette popularité.

Linux Mint possède deux distributions : la dérivée d’Ubuntu pour laquelle les éditions Cinnamon, MATE et Xfce sont fournies et la Linux Mint Debian Edition (LMDE) basée sur Cinnamon, qui existe pour l'équipe Linux Mint pour voir à quel point la distribution serait viable et combien de travail serait nécessaire si Ubuntu devait un jour disparaître. Mais, selon la Communauté, Ubuntu est pratiquement dans la catégorie des trop gros pour échouer. Bien que Canonical ait abandonné le développement de Unity pour Ubuntu (en revenant à GNOME 3 modifié), la distribution se poursuit. Canonical est, à tout le moins, solvable en particulier du fait que les dépenses de développement de Unity ont été arrêtées, car les programmeurs de ce projet auraient été largement licenciés.

Cela dit, précisent certains, Ubuntu ne disparaîtra pas et LMDE est inutile à cause du fait que la majorité des efforts de développement est basée sur Cinnamon. Selon eux, Cinnamon a pris son élan derrière la mise en œuvre progressive et riche en fonctionnalités du paradigme classique des ordinateurs de bureau pour les utilisateurs de Linux. Il est insensé, disent-ils, de conserver Linux Mint comme plateforme de présentation de Cinnamon, alors que le travail de maintenance d'une distribution est mieux géré par Ubuntu, Fedora, SuSE, etc., et Arch. L’avantage de Cinnamon peut être réalisé en tant qu’environnement de bureau véritablement indépendant de la distribution. Selon eux, la majorité du travail est déjà fait, car Fedora a déjà une version Cinnamon et peut être installée dans Debian, OpenSuSE et Arch.

« Le mieux serait peut-être d’envisager à transférer les efforts de développement de Linux Mint pour que Cinnamon devienne une saveur Ubuntu, s'attachant plus étroitement à l'infrastructure et aux calendriers de publication d'Ubuntu, au lieu d'opérer de manière indépendante et de risquer des conflits de paquetages. Cela dédupliquerait beaucoup de travail et donnerait plus de temps pour améliorer encore Cinnamon, et alléger les calendriers chargés de Clem et d’autres contributeurs à Linux Mint », ont-ils conclu.

Sources : Scientific Linux, Antergos

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Pourquoi Linux n'a-t-il pas de succès sur desktop ? Entretien avec Mark Shuttleworth, fondateur et PDG de Canonical, éditeur d'Ubuntu

Si Linux a de la peine à s'imposer sur le desktop c'est à cause de la fragmentation de l'écosystème, d'après Linus Torvalds

Marché des PC : quels sont les problèmes qui freinent l'adoption de Linux ? Partagez vos avis

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 31/05/2019 à 21:24
Une de plus, une de moins....
Des vraies distros, y en a une dizaine. Les autres c'est du maquillage.

Mark Shuttleworth a raison : y a t'il une raison suffisante pour basculer son desktop vers Linux ? Non.
Il y a des raisons, plein de raisons (liberté, gratuité, ouverture ...) mais elles ne valent pas la peine pour les gens normaux habitués à Windows.

Ils devraient regrouper les efforts au lieu de se disperser à chaque désaccord.
Mais pour ça il faut savoir faire des compromis, concept inconnu dans le monde linux, on préfère forker à tout va.

A noter aussi que beaucoup de gens sur Linux sont heureux de cette situation de marginalité et n'en ont rien à carrer de la PdM de Linux. Ils utilisent un système qui leur plait, tant pis pour les autres.
8  1 
Avatar de PirBip
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 11:45
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message

Qu'en pensez-vous ?
Pas mal de choses en réalité.

1/ Beaucoup pointent du doigt (Linus Torvalds en premier) la fragmentation des OS Linux. En réalité, si on y regarde de près et qu'on fait abstraction des distributions Linux qui ont tenté en vain l'aventure en solitaire, il existe 4 "noyaux" d'utilisateurs Linux : Android, Debian, Red Hat, et Slackware. En réalité, beaucoup d'utilisateurs partagent énormément d'outils entre eux. Mais effectivement, quand on a 3% de Linux en bureaux, avoir potentiellement montré à la face plus de 100 OS actifs basés sur le même noyau questionne. Le gros avantage est qu'on a le choix. Le gros inconvénient est qu'à cause de ce choix, on morcelle les possibilités.

Il y a aussi un problème de clarté dans cette fragmentation. Qu'est-ce qu'un Kubuntu, sinon un Ubuntu où on aurait juste remplacé le bureau Gnome par KDE ? Ne serait-il pas plus judicieux d'avoir seulement une seule Ubuntu, mais qu'à l'installation on propose l'interface graphique ? Debian le fait déjà dans une moindre mesure : quand on installe un Debian, on a le choix de l'écosystème graphique. Aussi, qu'est-ce qu'un Ubuntu, sinon un Debian Test dont on aurait simplement validé les paquets par d'autres moyens ? Ça aussi, ça contribue au bazar pour l'utilisateur qui a juste envie d'utiliser son ordinateur.

2/ Autre aspect : GNU/Linux se coltine depuis l'origine l'étiquette du système d'exploitation pour geeks. La seule entreprise qui fait de la publicité pour Linux est... Android, spécialisé dans l'écosystème embarqué. De mémoire, la seule grande firme qui ait tenté de promouvoir efficacement Linux était IBM. Mais IBM, c'est pareil, ils ont l'étiquette du PC pour travailleurs, et non du PC de loisirs. Même son héritier, Lenovo, fait tourner principalement des Windows.

Trop rares sont les campagnes de publicité qui promeuvent les systèmes Linux. Mais c'est compliqué de mettre en avant un tel OS quand les sociétés/associations gérant ces systèmes font appel à un nombre conséquent de bénévoles ! Malheureusement, il n'existe pas de marketing chez Linux qui pourrait permettre de lutter contre un monopole.

3/ L'accessibilité de Linux est questionnable. Bien qu'il existe désormais des panneaux de configuration pour la plupart des sessions graphiques, le fait de devoir toujours, toujours, systématiquement passer par la case Terminal pour pouvoir réussir à utiliser son PC de manière optimale, à moins d'avoir un OS 100% compatible, est une plaie pour l'utilisateur lambda. Pour les jeux ? Il existe bien Wine, voire Proton, voire Steam pour Linux qui font tourner les jeux facilement. Scénario classique :


Mais pourquoi diable ça ne fonctionne pas? Ah, c'est le pilote libre qui me fait tout planter apparemment? Allons chercher les pilotes propriétaires... Comment ça, je dois blacklister le pilote libre ? Mais si j'installe le pilote propriétaire, ça devrait marcher, non? ... Et m@&#*, j'ai plus accès à ma session graphique, je vais devoir tout réinstaller, fait ch%!& j'avais pas envie, et mes données je fais comment?... [recherche sur Internet plus tard] Ah ok, j'ai mes fichiers persos, bon je formate tout ça, je repasse à Windows, au moins je galère pas pour jouer.
Bref, pour passer la barre des 3%, il faut non seulement réunir les avantages de tous les différents forks de Linux dans un développement global pour que tout le monde profite d'un système uniforme, pour que les développeurs s'y retrouvent plus facilement, mais aussi avoir une entreprise porteuse d'un tel projet.

SPOILER : ça n'arrivera pas et n'a pas vocation à l'être

Un système libre est par définition (tautologique) libre. Cela implique que les développements ultérieurs à une version donnée peuvent ne pas être dans la même branche que celle de création. Le noyau Linux est historiquement sous licence GPL, et c'est pour cette raison qu'on se retrouve avec une trouzaine d'OS basés dessus. Il est dans l'essence même de Linux d'avoir un fourmillement de systèmes d'exploitation, même si c'est un effet collatéral de son développement d'origine l'obligeant à laisser les sources ouvertes.

Le seul qui ait réussi à imposer Linux, c'est Android. Mais d'une part, c'est sur l'embarqué, et d'autre part c'est une branche d'une entreprise qui est multi-milliardaire, qui a donc les moyens de communiquer, de contracter, et au final d'imposer son système d'exploitation. En cas d'échec d'Android, soit de nombreuses moutures propriétaires embarquées incompatibles les unes avec les autres auraient partagé le gâteau et donc laissé Apple être seul maître à bord d'une fragmentation de systèmes d'exploitation mobile, soit une autre alternative aurait pu se voir gratifiée d'une présence massive grâce à sa propre communication et ses propres contrats (Symbian pour Nokia, BBOs pour BlackBerry, Windows Mobile pour Microsoft...). Dans les deux cas, Linux aurait très bien pu rester à l'état de "système d'exploitation pour geek".

Tout ça pour dire qu'Android a permis une réunification des projets mobiles basés sous Linux car on ne compte plus les projets qui peuvent le faire tourner, des systèmes embarqués orientés programmation aux frigos connectés en passant par le smartphone d'entrée de gamme de Mamie, mais pour que cette réunification aie eu lieu il a fallu des centaines de millions d'euros voire des milliards en contrats, marketing, et communication. Moyens que personne n'a encore investi dans le Desktop chez Linux. Ubuntu fait figure de pionnier dans le genre mais Microsoft est encore énormément présent, et tant qu'ils auront les moyens et aucune entrave d'état (cc Corée du Nord qui possède son propre OS Linux maison), ils imposeront leurs logiciels.
7  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/05/2019 à 22:35
Citation Envoyé par bk417 Voir le message
Mark Shuttleworth a raison : y a t'il une raison suffisante pour basculer son desktop vers Linux ? Non. Il y a des raisons, plein de raisons (liberté, gratuité, ouverture ...) mais elles ne valent pas la peine pour les gens normaux habitués à Windows.
Absolument. Il n'y a rien de plus idiot que de vouloir déshabituer les gens à Windows. A part, peut-être, de vouloir habituer les gens à Windows.

Citation Envoyé par bk417 Voir le message
Ils devraient regrouper les efforts au lieu de se disperser à chaque désaccord.
Mais pour ça il faut savoir faire des compromis, concept inconnu dans le monde linux, on préfère forker à tout va.
Oui. Les linuxiens sont des extrémistes de la pensée qui se permettent de penser ce qu'ils pensent. Alors qu'avec Windows, pas la peine de se poser des questions, il suffit de suivre la voie du con promis.

Citation Envoyé par bk417 Voir le message
A noter aussi que beaucoup de gens sur Linux sont heureux de cette situation de marginalité et n'en ont rien à carrer de la PdM de Linux. Ils utilisent un système qui leur plait, tant pis pour les autres.
Complètement d'accord, encore une fois. Non seulement ces salauds de linuxiens donnent leurs projets gratuitement et ouvertement mais en plus ils n'essaient même pas de les imposer à tout le monde. Quelle bande d'égoïstes !
9  3 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/05/2019 à 22:37
Citation Envoyé par laerne Voir le message

En gros avec un terminal, il suffit de savoir deux choses : ouvrir un terminal et copier-coller des lignes de commandes (provenant d'une source de confiance comme n'importe quel walkthrough…). C'est pas bête
C'est exactement comme ça que je fais. Quant aux lignes de commandes en question, si tu les connais/trouve pas, la plupart tu ne peux pas les inventer, il n'y a aucun risque.

Mais il y a quand même une très très grosse faille dans cette solution : où trouver ces fameuses lignes de commande ? Ou, dit autrement, comment savoir quoi et où chercher, les mots clés à rentrer dans google, etc ... pour avoir ces lignes de commande quand justement tu ne sais pas ce que tu cherche, tu ne connais pas les termes techniques, tu n'as même aucune idée de comment peut s’appeler "cette chose" à peu près aussi précise dans ton esprit qu'un vague brouillard à l'horizon ?

C'est en cela que Windows est plus intuitif, car même si tu ne connais pas, de menu en clic, tu arrive assez souvent, pas toujours c'est sur, à trouver quelque chose qui peut sembler répondre à ton problème.

Ce que je décris là, n'est pas de la pure rhétorique, c'est juste la réalité de plus de 90% d'utilisateurs d'ordinateurs dans le monde, tout système confondu.
Pour eux, internet, le grand réseau, se résume à l'icone du navigateur qu'ils ont sur le bureau. Pour écrire un document, c'est le W bleu, en haut à gauche. Et malheurs si quelqu'un la déplace au milieu coté droit, "le système est planté", "un virus a infecté la machine", "j'ai perdu tous mes documents/mon journal intime/mon autobiographie que je ne publierais jamais/ ...". Non, Non, c'est juste une icône qui a été déplacé, tout fonctionne exactement comme avant.
8  2 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/06/2019 à 11:18
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Absolument. Il n'y a rien de plus idiot que de vouloir déshabituer les gens à Windows. A part, peut-être, de vouloir habituer les gens à Windows.
Adhérer à une idée et la mettre en pratique sont 2 choses différentes.
Interroge les gens dans la rue, ils seront d'accord avec les principes du monde linux. Demande-leur de passer à Linux chez eux, ils ne le feront pas.
C'est comme aider les SDF, tout le monde est pour dans le principe. Qui le fait ?

PS: Les non-geeks ont une vie, et s'en foutent royalement de ce qu'il y a dans leur ordinateur tant qu'internet fonctionne.
6  0 
Avatar de Sibe39
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 02/06/2019 à 20:49
Désolé mais cet article dit beaucoup de conneries !

La plus grosse connerie c'est concernant Mint, je cite la phrase mensongère : "on prévoit également la fin très prochaine de Linux Mint"

=> ce n'est absolument pas le cas, au contraire c'est même l'inverse, dans un récent article sur le site officiel de la distribution, ils annoncent qu'ils n'ont jamais eu autant de dons et de commentaire positif et que c'est très encouragant en annoncant pleins de nouveautés dans les prochaines versions. Ce n'est donc pas prêt de disparaitre contrairement à ce que pense l'auteur de l'article.

Sinon la diversité des distributions sous linux c'est justement un bon point, c'est une force contrairement à Windows et Mac OS qui impose un système uniformisé sans aucune flexibilité pour l'utilisateur.

Bon ok, il y a peut être un peu trop de distribution, c'est un peu exagéré (il y en a plus de 500 connus...) mais il serai catastrophique si il n'y avait qu'une seule distribution puisque tous le monde n'a pas les mêmes gouts. Le but n'est pas d'être numéro 1 des statistiques d'utilisation, ce n'est pas parceque Windows est plus utilisé sur desktop qu'il est meilleur.

Prenons l'exemple des environnements graphiques : certains adorent Gnome et déteste KDE car ça ressemble trop à Windows, à l'inverse d'autres déteste Gnome car il le considère peu intuitif et préfère KDE car plus traditionnel, d'autre trouve ses environnements trop lourd est préfère Xfce ou Mate pour les nostalgiques. Ceci illustre qu'il n'est pas possible de plaire à tous le monde avec un système fixe et un environnement fixe, il est nécessaire d'avoir plusieurs choix sinon ça ne pourra pas marcher.

Enfin n'oublions pas que la propagande est très importante, le choix est inéquitable pour le grand public, on impose Windows sur les PC et Mac OS sur les MAC.
Bon pour le matériel Apple il serai difficile d'empécher de leur imposer Mac OS car c'est leur propre matériel mais sur un PC il n'y aucun lien avec Windows ! Si vous avez Windows imposé c'est uniquement pour des questions commerciales avec les constructeurs mais un monde idéale ou l'argent ne serai pas roi, Windows n'aurai aucune raison d'être imposé sur les PC.

Enfin j'ajoute que contrairement à une idée reçu, Linux n'est pas en perte de vitesse sur desktop, j'ai lu ceci quelque part mais c'est faux au niveau statistique, en faite le nombre de linuxien stagne depuis pas mal de temps, certes ça veux dire que ça n'augmente pas mais ça ne baisse pas non plus. De plus il est difficile de savoir combien il y a de linuxien exactement car les stats sont basé sur les "user agent" sur certains sites, ça ne représente pas forcément la réalité.

ça ne peux pas dépasser la barre des 5% tant qu'il y aura de la propagande pour Microsoft (cad pas de PC sous linux dans les magasins).

Regardez aux USA : le % de part de Chrome OS commence à augmenter (chrome OS utilise un noyau linux), pourtant ce système est objectivement mauvais pour l'avoir testé. Mais à partir du moment ou vous le mettez en place dans le commerce sur les PC vendu, inévitablement cela augmentera son quota d'utilisation que le système soit bon ou mauvais.

Si Linux n'arrive pas à percer sur desktop chez le grand public ce n'est donc pas une histoire de compatibilité matériel ou logiciel ni de diversité, c'est simplement qu'il n'est tout simplement PAS proposé pour le grand public justement !

Votre grand mère si elle achète un PC à carrefour, vous pensez qu'elle va le formater et installer elle même une distribution Linux ? bah voilà vous avez la réponse.
Tant qu'il faudra installer nous même le système (ou aller sur des sites spécialisés qui vendent des PC linux), ça ne pourra jamais dépasser les 5% d'utilisation. Le grand public n'est pas bidouilleur.
6  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/05/2019 à 20:48
Citation Envoyé par sevyc64 Voir le message
Il faut quand même reconnaitre que Linux est encore assez compliqué, surtout quand il faut jouer de la console. Malgré de grands efforts et notamment par des distributions comme Mint justement, Linux ne s'adresse pas à un utilisateur lambda. Il n'est pas encore assez user-friendly, pas assez Click&Play.
C'est clair. Tout le monde sait que pour ouvrir une page web sous linux, il faut ouvrir un terminal, recompiler le noyau puis lancer 42 commandes.

Citation Envoyé par sevyc64 Voir le message
Windows, de ce coté là, est beaucoup plus avancé. Il nécessite beaucoup moins de configuration, et quand il en nécessite, c'est quand même largement plus intuitif.
Mais tout à fait. D'ailleurs Windows révolutionne l'intuitivité en 2019 en proposant un terminal.
https://windows.developpez.com/actu/...t-les-onglets/
8  3 
Avatar de -FloT-
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/06/2019 à 18:52
Je vois un autre obstacle à la popularisation de GNU-Linux, c'est le manque de machines disponibles à la vente.

GNU-Linux, ça s'installe. C'est pas anodin pour la plupart des gens. Les forums regorgent de posts de personnes en galère avec une installation foirée.

Pourquoi la plupart des particuliers utilise Windows? C'est pas un choix, c'est uniquement parce que Windows "vient avec" la machine là où les gens les achètent: FNAC, Darty, Carrefour, Conforama, LDLC, sans doute aussi Amazon et les grosses boutiques en ligne...
Et quand par bonheur on trouve un ordinateur avec un GNU-Linux préinstallé, il est plus cher que la même configuration sous Windows. Sans doute juste une histoire d'économie d'échelle... Mais pour avoir acheté un PC récemment, j'ai fait le tour des quelques boutiques qui proposent du Linux préinstallé et j'ai été bien surpris de voir que pour le même prix, j'aurais eu 8 gigas de RAM et 4 cœurs en moins.
Donc j'ai acheté du Windows. Je l'ai même démarré au début pour voir ce que valait Windows 10. Et partitionner le disque dur

Quelque part, je trouve ça amusant: c'est comme si Windows faisait perdre de la valeur à un ordinateur

Mais parler de la complexité de Linux pour expliquer sa faible part de marché, je trouve ça biaisé. Certes, il faut du temps pour se familiariser avec un OS, quel qu'il soit. Mais une fois en place, c'est pas plus difficile d'utiliser un GNU-Linux qu'un WIndows ou un MacOS. Par contre, INSTALLER un OS, que ce soit Windows, Linux ou MacOS, c'est de toute manière hors de portée pour la plupart des gens. Là où Windows s'impose, c'est juste qu'il est déjà là et prêt à fonctionner. On pourrait obtenir le même résultat avec n'importe quel Linux. On ferait même mieux, car la plupart des distributions sont moins gourmandes qu'un Windows10. Et quand je vois la configuration de la plupart des machines sous Windows 10 de moins de 500€, je me dis que "l'expérience utilisateur" a quand même du plomb dans l'aile...

La fragmentation? Oui peut-être, mais tant qu'on vendra pas de machine la question restera une question d'experts et d'amateurs éclairés. Apporter quelque chose de plus, comme Chrome OS? Là encore je veux bien, mais très peu de gens installent Chrome OS. Les gens ACHÈTENT un Chromebook prêt à fonctionner et après ils profitent de ce que Chrome peut bien apporter de nouveau.

Et c'est toujours pareil, les gens achètent des smartphone Android, des Mac avec MacOS, des tablettes, bref... que des choses qui ont un OS préinstallé. Et une fois qu'ils l'ont, ils n'y touchent surtout plus! La plupart des gens sont même angoissés par les mises à jours (ceci dit, une expérience avec les mises à jours de Windows a effectivement de quoi angoisser).

Bref, le jour où un géant comme HP, Dell (qui cache les machines sous Linux sur sa boutique officielle), Acer... sortira une machine grand public sous GNU-Linux, au même tarif ou moins chère que celles sous Windows à configuration équivalente, et la distribuera dans un réseau lui aussi grand public tel que ceux cités plus haut, alors les gens prendront du Linux. Et bon nombre d'entre eux ne verront même pas la différence! Mais est-ce que ces géants ont vraiment la marge de manœuvre pour faire ça? Qu'est-ce qu'ils signent avec Microsoft pour pouvoir vendre du Windows 10 sur toutes leurs machines? Je pense qu'ils ont déjà anticipé ça à Redmond...
6  1 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 16:57
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Lorsque Linus Torvalds a été sollicité en 2018 pour s’exprimer sur l’avenir du projet auquel il a donné naissance, il a indiqué que l’OS open source ne parvenait pas à s’imposer sur le PC du fait de sa fragmentation [...] a souhaité que la communauté se mette d’accord pour développer un système d’exploitation standardisé pour contourner ce problème. « Je souhaite que nous [la communauté] fassions plus d’efforts dans le sens d’aller vers une offre de bureau standardisée, qui tournera sur toutes les variantes du système d’exploitation. Je suis personnellement très embêté de voir à quel point ce degré de fragmentation a freiné Linux sur le desktop », a lancé Torvalds depuis le mois de décembre 2018. Il reste à savoir si son appel sera entendu par la communauté et attirera l’avis positif des autres développeurs de distributions Linux.
J'avoue ne pas trop comprendre. KDE, Gnome et la plupart des environnements de bureau fonctionnent sur la majorité des distributions linux. S'il veut par contre parler de l'environnement d'installation ou de configuration en mode graphique, pourquoi pas? Oui, pourquoi ne lance-t-il pas lui-même un projet de distribution universelle? Ou même juste une interface graphique d'installation? Il suffit de voir à quelle vitesse son Git a écrasé tous les DVCS pour se rendre compte que toute distribution signée "Torvalds" écrasera les autres en peu de temps.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
La décision vient du fait que Fermilab veuille se tourner désormais vers CentOS [...] plutôt que de développer Scientific Linux 8.
Tel que je comprends, Scientific Linux était une Red Hat adaptée à un marché spécifique (scientifique). Donc déjà, pas une distribution grand public d'où vous pouvez tirer des généralités. Et au final, passer à CentOS ne changera pas grand chose, il faudra bien refaire toutes les adaptations spécifiques au marché visé, la seule différence c'est qu'on ne donnera pas à cette version personnalisée un nom spécifique.

Citation Envoyé par bk417 Voir le message
Il y a des raisons, plein de raisons (liberté, gratuité, ouverture ...) mais elles ne valent pas la peine pour les gens normaux habitués à Windows.
La gratuité: s'il n'était pas aussi facile de pirater windows, ou si le prix n'était pas artificiellement caché dans des offres OEM, les gens y réfléchiraient à deux fois.
L'ouverture, c'est facile de n'y voir aucun intérêt quand on est du côté de la majorité: je voudrais bien m'en foutre complètement que d'autres utilisent des outils microsoft, mais quand je reçois des mails au format DAT parce que le gars est incapable de configurer "hors de ma vue", j'ai l'impression d'avoir ouvert une porte du mauvais côté.
La liberté... c'est sûr que quand on se gave de séries américaines qui nous parlent de leur cher 1er amendement, et que le journal télévisé nous rappelle qu'on est libre de ses opinions... mais que tout propos tendancieux sera assimilé à de l'apologie du terrorisme, je veux bien croire que la majorité des gens, la liberté ils ne savent pas ce que c'est.

Citation Envoyé par bk417 Voir le message
PS: Les non-geeks ont une vie, et s'en foutent royalement de ce qu'il y a dans leur ordinateur tant qu'internet fonctionne.
Ouf, je craignais d'être le seul à voir cette évidence... (et pourtant je suis plutôt du côté geek!)

Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Toutes mes excuses pour avoir été aussi suffisant. C'est vrai que de parler au nom "des gens" et d'expliquer aux développeurs de distribs ce qu'ils doivent faire, c'est une vraie leçon d'humilité. Merci.
Parler au nom des "gens" ? Attention, en 2019 ça s'appelle du populisme, et c'est très mal vu !!!

Citation Envoyé par stardeath Voir le message
au bout d'un moment faudrait savoir si la "communauté" linux a envie de voir les distribs se populariser ou pas : .
Ben comme je disais plus haut: je peux ne pas le vouloir si ça n'implique pas pour moi de devoir m'adapter en permanence aux bêtises de l'outil majoritaire. Tant que ce n'est pas le cas, désolé de vouloir "imposer" l'ouverture dans les deux sens.

Citation Envoyé par -FloT- Voir le message
GNU-Linux, ça s'installe. C'est pas anodin pour la plupart des gens. Les forums regorgent de posts de personnes en galère avec une installation foirée.

Pourquoi la plupart des particuliers utilise Windows? C'est pas un choix, c'est uniquement parce que Windows "vient avec" la machine là où les gens les achètent: FNAC, Darty, Carrefour, Conforama, LDLC, sans doute aussi Amazon et les grosses boutiques en ligne...
Eh oui, tout est là en réalité.
Chaque fois que j'entends un gars me dire qu'installer Windows est plus facile, je lui prépare une machine virtuelle et je lui demande de le faire devant moi: 99% reconnaîtront alors qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent.

Citation Envoyé par PirBip Voir le message
Il y a aussi un problème de clarté dans cette fragmentation. Qu'est-ce qu'un Kubuntu, sinon un Ubuntu où on aurait juste remplacé le bureau Gnome par KDE ? Ne serait-il pas plus judicieux d'avoir seulement une seule Ubuntu, mais qu'à l'installation on propose l'interface graphique ?
Oui, en effet, je préfère l'approche avec tous les bureaux dans la même distribution, on installe ce qu'on veut. C'est une des raisons pour lesquelles je préfère Mandriva. Ah oui mais c'est pas la distribution dominante, et on parle d'avoir une seule distribution, alors il faut une seule approche (et rien que là on en a deux).
Donc avant d'imposer l'idée d'une distribution unique faudrait imposer celle d'une approche unique. Et là déjà on contrevient au principe du libre...

Citation Envoyé par PirBip Voir le message
2/ Autre aspect : GNU/Linux se coltine depuis l'origine l'étiquette du système d'exploitation pour geeks. La seule entreprise qui fait de la publicité pour Linux est... Android, spécialisé dans l'écosystème embarqué.
Excuses-moi, certes Android est basé sur un noyau linux mais à quel moment ses promoteurs font-ils la publicité de ce fait? Ne seraient-ils pas, au contraire, tentés de récupérer tout ce qui est possible sous linux sans pour autant prendre la contrainte de la GPL et sans s'en vanter?

Citation Envoyé par PirBip Voir le message
Un système libre est par définition (tautologique) libre. Cela implique que les développements ultérieurs à une version donnée peuvent ne pas être dans la même branche que celle de création. Le noyau Linux est historiquement sous licence GPL, et c'est pour cette raison qu'on se retrouve avec une trouzaine d'OS basés dessus. Il est dans l'essence même de Linux d'avoir un fourmillement de systèmes d'exploitation, même si c'est un effet collatéral de son développement d'origine l'obligeant à laisser les sources ouvertes.
Les *BSD sont basés aussi sur une licence libre, et pourtant ils ne sont pas des centaines: si on considère que FreeBSD et OpenBSD sont deux distributions d'un même OS (discutable certes mais ce n'est pas le sujet) alors on a là un OS libre avec quelques dizaines de distributions au mieux, et dont les différences sont essentiellement techniques, rarement visibles pour l'utilisateur lambda.
Donc oui c'est possible, mais quand on voit la grande popularité des BSD, qu'on la divise par le nombre de versions, comment peut-on continuer de répéter l'argument de la fragmentation comme la seule cause de la faible popularité de linux?
5  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/05/2019 à 18:51
Enfin un peu de rationalité dans ce monde. Une seule distrib, un seul modèle de téléphone, une seule marque de dentifrice, une seule pointure de chaussure... et ceux qui ne sont pas contents, hop au goulag.
5  1 
EvilGnome : un nouveau malware qui espionne et cible les utilisateurs de PC Linux, il inclut plusieurs modules malveillants
Wine sur Windows 10, ça marche grâce au sous-système dédié à Linux
Linus Torvalds a publié la version 5.2 du noyau Linux
Apprendre comment devenir un bon programmeur - Débutant, un tutoriel de Robert L. Read
Responsable bénévole de la rubrique Linux : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web