Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Slackware prépare une distribution basée sur Linux sécurisée, complète et sans bloatware :
Qu'est-ce qui fait la force de cet OS ?

Le , par Christian Olivier

24PARTAGES

7  0 
Slackware est une distribution GNU/Linux qui, à la différence des autres distributions populaires, a pendant longtemps été maintenue par une seule personne, Patrick Volkerding (fondateur du projet). Elle est connue pour suivre au mieux « ;la philosophie Unix et l’esprit KISS ;». Slackware met l’accent sur la stabilité du système et des applications ainsi que la distribution de logiciels en les modifiant le moins possible. Par ailleurs, elle n’utilise pas systemd.


La distribution Linux de Volkerding se veut légère, rapide, et sans fioritures. Elle se démarque du lot grâce à sa procédure d’installation en mode semi-graphique, son système d’empaquetage logiciel basé sur des archives tarballs sans gestion des dépendances, son processus de démarrage qui repose sur un ensemble de scripts aisément modifiables et sa procédure d’initialisation proche de celle des BSD, mais compatible avec celles de System V.

Le projet Slackware édite et maintient la distribution éponyme. Le site officiel du projet Slackware Linux a récemment annoncé le lancement d’une campagne d’appel au don initiée par le responsable dudit projet. La dernière version stable de la distribution - Slackware 14.2 - a été publiée en 2016. Jusqu’à présent, seulement 137 donateurs ont déjà contribué.

Qu’est-ce qui donne spécifiquement à Slackware un avantage par rapport aux autres distributions Linux grand public ;? Utilise-t-elle des options de compilation renforcées ou des contrôles d’accès obligatoires (comme SELinux ou AppArmor) ;? Qu’en est – il de la conteneurisation ou du sandboxing des services de base sur cet OS ;?

De l’avis de certains anciens utilisateurs de l’OS, Slackware n’a pas vraiment d’avantages par rapport aux autres distributions Linux. La base d’utilisateurs est moins importante et surtout constituée de passionnées. Cela signifie aussi qu’il y a moins de mode pour trouver et rapporter les bogues. SELinux et AppArmor ne sont pas fournis dans le programme d’installation de base. Il en va de même pour la conteneurisation ou du sandboxing des services de base : vous devrez vous les procurer par vous-même.


Slackware est une distribution conservatrice qui a très peu changé au fil des ans : l’OS idéal pour ceux qui estiment par exemple que les disques en vinyle sont meilleurs que la musique en streaming. Vous pouvez être sûres qu’après l’avoir maitrisé, vous ne rencontrerez plus de surprise. Et si vous travaillez hors ligne, l’avantage de Slackware est qu’il s’agit en quelque sorte d’un OS complet livré sur un DVD. Mais il appartient à l’utilisateur de décider de ce qu’il souhaite mettre à jour et à quel moment.

Pour éviter les problèmes de dépendance des paquets, l’approche standard sur Slackware consiste à tout installer. Après cela, l’utilisateur est censé construire lui-même les paquets. Sur cette distribution, le système principal peut sembler obsolète, même s’il contient tous les correctifs de sécurité, mais ce que vous installez par-dessus celui-ci en construisant vos propres paquets est souvent plus à jour que la plupart des autres distributions récentes. Le résultat final est un noyau solide, nécessitant très peu de maintenance, mais sur lequel sont installés des paquets à jour. C’est une sorte de mélange entre une distribution du cycle de publication et un système de mise à jour évolutive pour tout ce que vous installez par-dessus.

Source : Patreon

Et vous ?

Avez-vous déjà utilisé Slackware ? Si oui, quelles ont été vos impressions ?
Même en n’étant pas un fin connaisseur de cet OS, qu’est-ce qui vous plait ou déplait chez lui au vue de sa description dans cet article ?
Connaissez-vous des alternatives à Slackware ? Si oui, lesquelles ?
Quelles sont vos distributions Linux préférées ?

Voir aussi

DÉBUTER SOUS LINUX : GUIDE COMPLET
Microsoft demande à rejoindre la "Linux distribution security contacts list" pour être informé des problèmes qui ne sont pas encore rendus publics
postmarketOS : des hackers créent une distribution Linux qui boote sur une tonne de smartphones et appareils mobiles Android
La version finale de la distribution Linux Fedora 30 est disponible, elle passe à GNOME 3.32 et intègre plusieurs nouveautés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 17/08/2019 à 10:46
System D c'est pour l'UEFI
Ca n'a rien à voir. C'est le premier processus lancé après le chargement du noyau. l'UEFI c'est le remplaçant du BIOS, qui l'un ou l'autre vont amorcer le chargement de l'OS.
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 17/08/2019 à 11:00
Pour que tu comprennes comment ça marche :

Source image : wikipedia.

Si tu démarre depuis une machine avec BIOS au lieu d'UEFI, c'est le même principe, le noyau peut accéder aux fonctionnalités du BIOS.

C'est le même principe quel que soit l'OS.
1  0 
Avatar de matthius
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/08/2019 à 10:51
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Ca n'a rien à voir. C'est le premier processus lancé après le chargement du noyau. l'UEFI c'est le remplaçant du BIOS, qui l'un ou l'autre vont amorcer le chargement de l'OS.
Il y a un système de dialogues dans ce logiciel. WIndows peut dialoguer avec ce logiciel UEFI.
0  0 
Avatar de matthius
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/08/2019 à 11:20
J'ai toujours constaté que l'on ne pouvait accéder au BIOS que pour le mettre à jour. Un Dual BIOS correct permet d'empêcher tout crash pour une mise à jour.
0  2 
Avatar de matthius
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/08/2019 à 22:31
System D c'est pour l'UEFI. Il est effectivement impossible de faire fonctionner un environnement grâce à un dialogue possible entre un environnement privatif et le système de démarrage, même si cela permet de foutre l'ordinateur en l'air. On a constaté cette logique chez Intel.
DEBIAN est donc intéressant sur les ordinateurs BIOS.
Linux Slackware est intéressant sur les ordinateurs UEFI.
J'installe malgré tout DEBIAN sur les ordinateurs UEFI chez ceux qui ne sont pas susceptibles d'être attaqués, parce qu'ils veulent de la facilité. Peu de personnes viennent revoir notre GUL. On ne constate donc que ce qui est irrégulier.

Ah si j'ai installé un Linux Debian Mint Mate chez une étudiante qui se disait embêtée par un technicien. J'ai activé Compiz quand je me suis aperçu de ça. Mint est irlandais et peut-être encore français. J'utilise Mint, mais n'hésiterai pas à installer un GNU Linux qui permet les firmwares privatifs. Dorénavant, il est possible de créer un GNU Linux parfait au vu des versions Debian vite publiées. Il est possible que GNU Herd soit ambitieux pour cette raison.
0  3