Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Linux : des responsables du codage proposent un guide terminologique inclusif qui bannit l'usage de termes comme slave et blacklist
Pour contribuer à « la vision globale des relations entre races »

Le , par Patrick Ruiz

90PARTAGES

8  3 
L’année 2020 pourrait bien entrer dans l’histoire comme celle où il y a eu une prise de conscience mondiale sur les relations raciales. Dans l’univers de l’informatique, cette « vision globale des relations interraciales » se traduit par des appels au passage à des termes considérés comme plus inclusifs dans le but de lutter contre le racisme. La tendance qui se renforce suite à la mort de Georges Floyd vient de provoquer une réaction d’alignement des responsables du codage du Noyau Linux qui proposent un guide terminologique inclusif.

La proposition est de l'ingénieur principal d'Intel, Dan Williams. Elle bénéficie du soutien d'autres mainteneurs de Linux dont Chris Mason et Greg Kroah-Hartman. Slave fait partie des mots à éviter et à remplacer par secondary, subordinate, replica ou follower. Blacklist aussi fait partie des termes visés et la proposition suggère de faire usage de blocklist ou denylist à la place. Néanmoins, elle prévoit des exceptions lors de la maintenance d'une API d'espace utilisateur ou lors de la mise à jour d'un code pour une spécification qui rend ces termes obligatoires. La proposition fera l'objet d'ajout à un nouveau document qui sera appelé "Linux kernel inclusive technology". Ce dernier contiendra un justificatif des changements.

« La traite des esclaves africains était un système brutal de misère humaine déployé à l'échelle mondiale », souligne l’auteur de la proposition qui ajoute que « les décisions relatives au choix des mots dans un projet de logiciel moderne ne sauraient effacer ce malheureux héritage », mais peuvent aider à aller dans le sens de « maximiser la disponibilité et l'efficacité de la communauté mondiale des développeurs pour participer au processus de développement du noyau Linux. »

« La révélation de 2020 a été que des voix de personnes noires ont été entendues à l'échelle mondiale et le projet de noyau Linux a fait sa petite part pour répondre à cet appel, car il veut des voix d'individus noirs, parmi toutes les voix, dans sa communauté de développeurs », souligne encore Dan Williams.

Ce dernier insiste sur le fait que les arguments étymologiques destinés à expliquer pourquoi la terminologie dans le viseur de sa proposition ne devrait pas choquer ne tiennent pas la route. C’est un positionnement qui s’apparente à celui de David Kleidermacher de Google qui a écarté l’origine de l’utilisation des termes pour privilégier les associations black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) comme socle de son refus de participer à l'édition 2020 de la Black Hat security conference.



La proposition divise au sein de la liste de diffusion du noyau Linux. L’un des points d’achoppement est de savoir s’il faut la rendre officielle et l’intégrer à l’arborescence du projet open source Linux.

Elle s’inscrit dans une tendance générale à l'assainissement du langage technique dans l'ensemble de la communauté technologique. Après que les manifestations de Black Lives Matter ont éclaté aux États-Unis et dans certaines régions d'Europe, plusieurs entreprises ont annoncé leur intention de cesser d'utiliser des termes racistes et esclavagistes dans leur documentation technique. Des entreprises comme Twitter, GitHub, Microsoft, LinkedIn, Google, Ansible et d'autres se sont engagées à modifier le langage technique de leurs produits et de leur infrastructure afin de supprimer des termes comme master, slave, blacklist, whitelist et autres.

Ces efforts pour s'éloigner des termes jugés offensants comme master, slave, blacklist, whitelist, etc. ont commencé avant même les manifestations en lien avec le mouvement Black Lives Matter. Des entreprises et des projets open source tels que Drupal, Python, PostgreSQL et Redis avaient déjà donné l’exemple. En mai 2020, l'agence de cybersécurité du gouvernement britannique a annoncé qu'elle cesserait d'utiliser les termes whitelist et blacklist en raison de la stigmatisation et des stéréotypes raciaux entourant ces deux termes.

Source : lkml

Et vous ?

Laquelle des directions vous semble la plus pertinente dans ce débat ? Celle des associations black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) ou celle de l’origine des termes utilisés ?
Procéder au changement de termes techniques peut-il mettre un terme à des siècles d’injustice raciale ?

Voir aussi :

Python va supprimer les termes "master/slave" de sa documentation et sa base de code pour des raisons de diversité et leur connotation à l'esclavage
L'équipe du langage Go retire les termes "whitelist", "blacklist", "master" et "slave" de sa documentation et de sa base de code parce qu'ils véhiculent des stéréotypes raciaux
Amazon annonce que la police ne pourra pas utiliser sa technologie de reconnaissance faciale pendant un an, suite aux manifestations liées à la mort de George Floyd
Après Apple, Google supprime à son tour l'application Gab de son Play Store, pour avoir violé sa politique relative aux discours haineux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de goldbergg
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/07/2020 à 9:45
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
L’année 2020 pourrait bien entrer dans l’histoire comme celle où il y a eu une prise de conscience mondiale sur les relations raciales.
2020 va surtout renter dans l'histoire comme l'année des débiles qui sont incapables de juger un mot vis a vis de son contexte...
Il faut être sacrément abruti pour penser que "slave" ou "black" dans un code source ou documentation technique a un quelconque lien avec les noire ou les esclave en générale.
A un moment il faut arrêter de faire une fixette la dessus, parce que là pour le coup sa en devient limite raciste ce genre de raisonnement.

Mois je vois surtout un début de la censure de la bien-pensance et ça pour le coup c'est assez grave... Pour quand les pilules façon Equilibrium ?


Laquelle des directions vous semble la plus pertinente dans ce débat ? Celle des associations black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) ou celle de l’origine des termes utilisés ?
Mois ce qui me semble pertinent c'est d'aller dans les ghetto, là ou il y a vraiment des problème raciale et social et de poser la question aux principaux intéressé au lieux de faire des jugement par nous même qui ne somme même pas concerné :
Que pense t'il de cette hypocrisie de la bien-pensance ?
En quoi sa va changer leurs vie ?

Idem pour les racistes :
Sa vous fait quoi de savoir qu'on utilisera plus blacklist dans le noyau linux ? sa vous donne envie de plus être raciste ?


Procéder au changement de termes techniques peut-il mettre un terme à des siècles d’injustice raciale ?
Bien sur que non, il s'agit de terme technique, pas des discours du KKK.
Il n'y a aucun rapport, là sa va juste faire chi#r les mauvaise personne a devoir changer des terme un peux partout...
Ca n'aura absolument aucun impact sur les principaux intéressé, c'est juste un coup d’épée dans l'eau.
18  0 
Avatar de skaarj
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/07/2020 à 12:40
Noirs vs blancs
Masqués vs non masqués
Pro confinement vs contre le confinement
Pro vaccin vs contre le vaccin

Diviser pour mieux régner, ils l'ont bien compris et nous on tombe dans leur piège...
16  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/07/2020 à 9:50
Pas eux aussi...

Cette pensée totalitaire est vraiment en train de s'étendre et de s'approprier un nombre non-négligeable d'industries.
C'est affolant.
14  0 
Avatar de mattdef
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/07/2020 à 14:12
On marche sur la tête !

Les termes "liste blanche" et "liste noire" ont tout à fait leur sens, en référence à l'absence ou la totalité du spectre lumineux.
Ce sont les termes "personne blanche" et "personne noire" qui n'ont aucun sens !
Mais plutôt que de bannir ces appellations honteuses et inappropriées, non, il faudrait changer ce qui est correct et logique

Et ne parlons même pas de "maître" et "esclave" tellement c'est absurde !

Ai-je le droit de mettre ma liste noire en maître et ma liste blanche en esclave ? ... Je ne voudrais pas heurter la sensibilité du KKK !
14  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/07/2020 à 9:35
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
« la traite des esclaves africains était un système brutal de misère humaine déployé à l'échelle mondiale », souligne l’auteur de la proposition
Il n'y a pas que des africains qui ont été mis en esclavage.
Par contre c'est vrai que l'esclavage est encore pratiqué en Afrique.

Bon sinon il y a les histoires d'esclaves sexuels d'Epstein, il parait qu'il était payé pour pour filmer des personnalités en train de coucher avec des mineurs.
En tout cas il y avait tout un réseau de jeunes filles qui ramenaient d'autres jeunes filles et certaines étaient contrainte de coucher avec pas mal de monde.
Il y a également l'histoire des top models mineures des pays de l'Est à qui ont donne de la drogue et on fait subir des lavages de cerveaux afin que des riches couchent avec, un peu dans l'ambiance Eyes Wide Shut.

Les entreprises essaient de réécrire l'histoire.
Le commerce d’esclaves blancs en Méditerranée au XVIIe siècle
Beaucoup de condamnations ont été portées sur la tragédie du commerce d’esclaves africains, qui a eu lieu entre le XVIe et le XIXe siècle. Toutefois, un autre commerce d’êtres humains, tout aussi méprisable, avait lieu à la même époque en Méditerranée. Il est estimé que 1,25 million d’Européens ont été réduits en esclavage par les prétendus corsaires barbaresques, et leurs vies étaient tout aussi lamentables que celles de leurs homologues africains. Ils en sont venus à être connus comme les esclaves blancs de Barbarie.
Esclaves chrétiens, maîtres musulmans L'esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800)
À l'heure où commençait à se développer la traite atlantique, la Méditerranée connut l'apogée d'une autre sorte d'esclavage : celle des chrétiens asservis en Afrique du Nord et au Levant. La littérature a gardé le souvenir de ces pirates barbaresques qui, aux xvie et xviie siècles, faisaient trembler les marins et les habitants du littoral jusqu'en Angleterre : leurs attaques se soldaient par l'enlèvement d'hommes, de femmes et d'enfants qui, une fois captifs, étaient vendus sur les places d'Alger, de Tunis, de Fez et d'autres villes. En se penchant sur leur cas, Robert Davis entreprend d'éclairer une facette assez méconnue de l'esclavage moderne, sur laquelle aucune synthèse véritable n'existe. Quelle est l'ampleur du phénomène ? L'auteur estime à plus d'un million le nombre d'Européens asservis en Afrique du Nord entre 1530 et 1780. Vers 1675, les esclaves chrétiens formaient le quart de la population d'Alger. Quel était leur sort ? Une minorité était rachetée par leur famille ou par l'Eglise, une autre partie vendue comme domestique, et la majorité allait aux galères et au « bagne ». Selon certains récits de rescapés, le sort de ces derniers était terrible : soumis à des travaux extrêmement durs (carrières de sel, construction, coupe du bois), ils survivaient sous la menace de châtiments corporels qui pouvaient être fatals.
Et de toute façon c'était des riches qui possédaient des esclaves.

Il faudrait également ne pas oublier que des musulmans vendaient des esclaves :
Traite arabe
Certains royaumes africains ont activement participé à ces entreprises, à des degrés divers ; certains émirats du Sahel, comme le Kanem-Bornou, l'Ouaddaï ou le Mahdiyah, vivaient principalement de la traite orientale. L'un des plus grands centres de concentration et de vente d'esclaves, Tombouctou, accessible aux seuls musulmans, se situait hors de l'aire politique arabe proprement dite, mais non de sa zone d'influence culturelle.

D'un point de vue occidental, le sujet a été nommé « traite arabe », parfois « traite musulmane », voire « barbaresque ».
Et sinon j'invite les afro-américaines à se renseigner sur le travail de Louis Farrakhan si ils veulent en apprendre plus sur le marché des esclaves aux USA.

Bref, quel est le projet ? Faire croire aux noirs que tous les blancs sont des méchants esclavagistes ?
D'un côté certains africains ont des raisons de ne pas aimer certains gouvernements français, par exemple à cause de Sarkozy il y a ça :
Libye : des marchés aux esclaves
Ce sont des images saisissantes tournées par CNN : une vente d'esclaves en Libye, dans la banlieue de Tripoli. Les hommes vendus sont des migrants venus du Mali et du Niger pour tenter de traverser la Méditerranée.
Il y a beaucoup de Libyens, de Maliens, de Nigériens qui se disent que c'était beaucoup mieux sous Kadhafi.
11  0 
Avatar de stardeath
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 1:13
petite citation qui prouve bien le coup de la "cancel culture" :

Moderation note: Some of the comments already posted on this PR are completely inappropriate. While dissent is always encouraged, it must be provided in a constructive manner. Mixing it with personal attacks is not constructive and it will not be tolerated in official Rust community spaces.
quand on creuse un peu, juste 15s on a ça :

Let me expand a little bit on my opinion. I see people upvote/downvote a lot, and I don't want it to happen for a wrong reason. Lemme get this straight: I'm not a troll; I just genuinely can't believe people are seriously into this fancy tolerastency cowshit.[...]
j'ai pas mis le poste en entier, parce que long et je trouve plutôt argumenté et poli mais malheureusement pour son auteur : This comment was marked as disruptive content.

ils trouveront toujours un moyen de censurer des gens, mais bon, ils se disent dans le camp du "bien"...
10  0 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/07/2020 à 21:28
L'hystérie est quelque chose aux antipodes de la prise de conscience.
9  0 
Avatar de xarkam
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/07/2020 à 10:26
Il est plus que temps de gommer tous ces termes, de les effacer de la mémoire afin de pourvoir répéter les erreurs du passé.
9  1 
Avatar de Cincinnatus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/07/2020 à 9:22
Citation Envoyé par bombseb Voir le message
Je crois que la MIVILUDE va disparaîre...
Elle a été (dés)intégrée en début d'année, en fusionnant avec un service du ministère de l'Intérieur : le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation. Autrement dit, pour signaler une dérive sectaire, il faut passer par la police. On oublie l'indépendance de la MIVILUDES, et ce service vise d'abord les radicalisés, pas les sectes.

Hasard sans doute : Mme Nyssen, ministre de la culture du premier gouvernement Philippe, est associée à l'anthroposophie, proche d'une secte New Age : https://www.monde-diplomatique.fr/20...07/MALET/58830

Y aurait-il un lien entre une ministre (à l'époque) et cette fusion/disparition d'une instance de contrôle indépendante ?
7  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/07/2020 à 12:16
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
" vision globale des relations interraciales" ca fait 15 fois qu'on dit qu'il n'y a qu'une seul race cad la race humaine.
Et cela fait 15 fois que je réponds qu'il n'y a pas qu'une définition biologique au terme de race...

D'ailleurs, il paraîtrait qu'on peut très bien appliqué le concept biologique de race à l'être humain, comme on le fait pour les chiens, pour désigner des populations. Cependant, ce concept ne serait pas du tout corrélé à la couleur de peau, qui n'est qu'une expression du génome parmi d'autres. Donc ne correspondrait pas à l'usage qui en est fait aujourd'hui.

D'ailleurs je détestes cette vision raciste à croire que slave = black et master = white. C'est profondément raciste comme vision.
7  0