IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

GNOME 40 est disponible avec la prise en charge de la boîte à outils GTK 4
Et des modifications majeures dans Nautilus et des espaces de travail

Le , par Bill Fassinou

212PARTAGES

7  0 
L'équipe de développement de GNOME a annoncé la disponibilité générale de GNOME 40 ce mercredi. La nouvelle version de l'environnement de bureau pour les systèmes d'exploitation Linux comprend des changements de design audacieux et une multitude de nouvelles fonctionnalités. GNOME 40 est la première version de l'environnement de bureau open source à utiliser le nouveau système de numérotation et à prendre en charge la boîte à outils GTK 4 publiée récemment. GNOME 40 est déjà pris en charge par la version bêta de Fedora Workstation 34, qui sortira en version stable plus tard cette année.

Alors, pourquoi GNOME 40 et non GNOME 3.40 ? La version précédente de GNOME était la version 3.38. Les utilisateurs s'attendaient normalement à une version 3.40, mais l'équipe de développement a adopté un nouveau système de versionnage qui supprime la numérotation lourde. C'est ce qui explique que cette version est GNOME 40. Après la sortie de GNOME 40 en mars 2021, une série de versions intermédiaires suivra. Celles-ci seront numérotées GNOME 40.1, GNOME 40.2, et ainsi de suite. En octobre, GNOME 41 sera publié. La version suivante sera GNOME 42, etc.



GNOME 40 est publié avec GTK4, plusieurs améliorations et modifications du Shell GNOME, y compris des changements majeurs dans Dash et dans les espaces de travail, et une grande variété d'autres d'améliorations. Voici ci-dessous un aperçu des nouveautés dans GNOME 40.

Le bureau change de look

Au lieu de vous accueillir sur un bureau vide, GNOME 40 vous présente par défaut la vue d'ensemble redessinée des activités. Cela vous prépare à la productivité et vous aide à apprendre la nouvelle disposition. Les espaces de travail sont horizontaux et sont positionnés au centre de l'écran de présentation. Vous pouvez vous déplacer entre les espaces de travail en utilisant les nouveaux gestes ou la souris. Les fenêtres d'applications en cours d'exécution affichent une icône d'application sur leur fenêtre et, en fonction de leur taille, peuvent "chevaucher" les bords de chaque espace de travail.



Dash se trouve désormais en bas de l'écran. La barre des favoris affiche désormais un séparateur entre les applications favorites (c'est-à-dire épinglées) et celles en cours d'exécution, mais non épinglées. Le lanceur d'applications glisse désormais vers le haut à partir du bas de l'écran (ce qui réduit les espaces de travail à une bande de vignettes prise en charge par la fonction glisser-déposer). Le lanceur d'applications, qui reste entièrement personnalisable par glisser-déposer, prend en charge la pagination horizontale.

Si ces changements de présentation peuvent sembler spectaculaires, soulignons que le flux de travail de GNOME Shell reste largement inchangé. Il y a un écran d'aperçu caché avec une barre de favoris et un lanceur d'applications configurables, plusieurs espaces de travail, etc. Si vous êtes familier avec GNOME 3.30 et plus, vous n'aurez aucun problème à vous familiariser avec toutes les nouveautés de GNOME 40.

Changements visuels

Vous remarquerez beaucoup de bords arrondis dans GNOME 40, notamment dans le sélecteur d'espace de travail, Dash et les états "actifs" des éléments de la barre supérieure. Vous trouverez également des bords inférieurs nouvellement arrondis dans de nombreuses applications de base de GNOME, notamment System Monitor, Characters et Nautilus. La refonte des bords est une touche purement cosmétique, toutefois elle semble donner à l'interface utilisateur du bureau une esthétique plus souple et une sensation de modernité.



D'autres améliorations visuelles incluent des barres de défilement plus grandes dans les applications GTK 3 et GTK 4 ; les noms d'applications tronqués dans le lanceur d'applications se développent au survol ; l'ajout d'icônes d'applications dans le sélecteur de fenêtres ; et la suppression de la "flèche de menu d'applications" de la barre supérieure lors de la mise au point des applications. Deux applications, Software et Web, ont de nouvelles icônes, et le fond d'écran Adwaita (qui n'est pas utilisé par défaut sur la plupart des distributions) a été mis à jour.

Nouveaux gestes pour l'espace de travail

La décision de l'équipe de passer des espaces de travail verticaux (fixes) aux espaces de travail horizontaux (dynamiques) est le changement le plus controversé de cette version. Les utilisateurs avérés d'espaces de travail verticaux risquent de trouver cela dérangeant, mais spatialement parlant, cela fonctionne : déplacer des espaces de travail de gauche à droite semble plus intuitif dans GNOME 40 que de se déplacer de haut en bas. Les nouveaux gestes du pavé tactile pour la navigation dans les espaces de travail et pour entrer et sortir de la vue d'ensemble sont activés par défaut dans GNOME 40.



Un glissement de trois doigts vers la gauche ou la droite permet de passer d'un espace de travail à l'autre, tandis qu'une pression de trois doigts vers le haut permet d'accéder à la vue d'ensemble et, si vous continuez à appuyer, de prolonger le lanceur d'applications. Un glissement de trois doigts dans la direction opposée vous ramène à l'espace de travail sélectionné. Avec un clavier, appuyez sur "Super + Alt + ↑" pour entrer dans la vue d'ensemble, et à nouveau pour ouvrir le lanceur d'applications. Appuyez sur "Super + Alt + ↓" ou "Échap" pour fermer le lanceur d'applications (s'il est ouvert) et à nouveau pour quitter l'aperçu.

Vous pouvez utiliser "Super + Alt" avec les flèches gauche/droite pour vous déplacer entre les espaces de travail. Les utilisateurs de souris doivent appuyer sur "Super + Alt" et faire défiler la molette de la souris pour se déplacer entre les espaces de travail.

Les changements dans Nautilus

Nautilus est le gestionnaire de fichiers par défaut sur les environnements GNOME Shell, Unity et Budgie. Il s'agit en fait de l'équivalent de "l'Explorateur Windows" sur Windows. Dans GNOME 40, Nautilus ajoute quelques nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité de trier les fichiers par date de création ; des estimations plus précises du transfert et de la copie de fichiers ; et la complétion de la tabulation dans la barre de saisie de l'emplacement. Lorsque vous essayez de copier ou de déplacer un fichier à un endroit où il existe déjà un fichier du même nom, vous avez désormais la possibilité de renommer le fichier à déplacer.

En outre, la fonction intégrée d'extraction de fichiers ZIP prend désormais en charge les fichiers ZIP protégés par mot de passe. Une refonte des préférences de Nautilus permet de trouver et de rechercher plus facilement des paramètres spécifiques ; vous verrez un petit aperçu lorsque vous définissez un fond d'écran dans le menu du clic droit de Nautilus ; et il est désormais possible de cliquer avec le bouton droit de la souris sur le binaire d'une application et de choisir l'option "Exécuter en tant que programme".

Weather

L'application Weather de GNOME est l'une des applications météo les plus populaires pour les bureaux Linux. Dans GNOME 40, Weather a été totalement remanié avec un nouveau design qui transmet plus d'informations sur les prévisions plus clairement qu'auparavant.

Maps

À partir de GNOME 40, Maps innove en rafraîchissant l'apparence des "bulles de lieu" qui affichent des informations pertinentes pour un lieu ou une localité spécifique en utilisant des informations glanées sur Wikipédia, OpenStreetMap, etc. Les bulles de lieu remaniées fonctionnent également normalement sur les appareils mobiles.

Web

Web (également connu sous le nom d'Epiphany) a aussi été remanié. Avec la sortie de GNOME 40, Web présente une barre d'onglets reconstruite (mieux adaptée aux activités Web modernes). En plus des améliorations apportées, il ajoute quelques nouvelles fonctionnalités que vous pourriez trouver intéressantes, comme les indicateurs de non lus, les onglets épinglés, le glisser-déposer fonctionnel, et plus encore. Enfin, pour les fans de Google Suggest, Web peut être configuré pour afficher des suggestions de recherche au fur et à mesure que vous tapez. Cette fonction n'est toutefois pas activée par défaut.

GNOME Software

Dans GNOME 40, un nouveau carrousel "d'applications vedettes" met en avant les logiciels. Le carrousel se déplace automatiquement entre les différentes diapositives, prend en charge les gestes tactiles et affiche à la fois le nom de l'application et une brève description de ce qu'elle fait. Les diapositives sont également générées automatiquement sur la base des données disponibles. L'ajout de l'historique des versions sur les pages de liste des applications permet de voir facilement ce qui a changé dans votre logiciel préféré, y compris les logiciels installés à partir de Flathub.

Compose Key

Tous les changements que l'on peut trouver dans GNOME 40 ne sont pas aussi évidents que ceux mentionnés ci-dessus. Un petit changement qui pourrait avoir un impact important sur les utilisateurs qui ont besoin de saisir des caractères spéciaux (par exemple, ™, °, etc.) ou des lettres accentuées est l'inclusion d'une touche de composition configurable, Compose Key. Elle n'est pas activée par défaut. Vous devez l'activer via "Paramètres > Clavier" et attribuer une touche (sur votre clavier) qui servira de déclencheur de composition. Ensuite, il vous suffit d'appuyer sur la touche de composition et de saisir une combinaison de touches de composition.



Par exemple, si vous définissez la touche Alt gauche comme touche de composition. Pour taper le symbole de copyright "©", il vous suffit de mettre au point un champ de texte valide et d'appuyer sur la touche Alt gauche pour "lancer" la composition, puis de taper un C majuscule et un o minuscule pour créer le caractère "©".

Ajustements des paramètres

GNOME 40 poursuit son effort de nettoyage et de rationalisation du panneau de configuration, en facilitant l'accès aux options les plus courantes. La section Wi-Fi est désormais plus facile à utiliser, car la liste des réseaux place les réseaux connus (c'est-à-dire précédemment connectés) en haut de la liste pour un accès plus rapide. Les paramètres des raccourcis clavier ont été réorganisés en groupes plus petits, et le champ de recherche est plus visible (et donc plus utile). Les paramètres de la source "Input" ont été déplacés de la section "Région & Langage" vers la section "Clavier", où ils ont plus de sens.

Enfin, avez-vous déjà plongé dans "Paramètres > À propos" en espérant obtenir plus d'informations sur votre appareil ? Dans GNOME 40, la page "À propos" affiche désormais le nom et le numéro de modèle du matériel ainsi que le nom du fournisseur (lorsqu'ils sont disponibles).

Disponibilité

GNOME 40 a été officiellement publié ce 24 mars, mais il est déjà pris en charge par la version bêta de Fedora 34 (dont la sortie de la version stable est prévue prochainement). La version 21.04 d'Ubuntu n'inclut pas GNOME 40 dans son intégralité, mais une poignée d'applications GNOME 40 sont prêtes à l'emploi (et d'autres peuvent être installées à partir du dépôt). Un PPA (Personal Package Archives) permettant aux utilisateurs d'installer GNOME 40 sur Ubuntu 21.04 pourrait être publié prochainement, mais rien de concret n'a encore été annoncé. En résumé, GNOME 40 est plus qu'une simple mise à jour itérative.

La mise à jour corrige un certain nombre de problèmes et d'imperfections, ajoutant plus d'ergonomie à l'objectif d'un bureau "sans distraction". Mais si cette nouvelle mise à jour semble passionnante, elle pose un dilemme aux fournisseurs en aval : peuvent-ils continuer à proposer une expérience GNOME Shell personnalisée ou devront-ils finalement se réaligner et s'adapter à la nouvelle orientation qui se dessine ?


Source : GNOME 40, Annonce de la sortie de GNOME 40

Et vous ?

Que pensez-vous des changements intervenus dans GNOME 40 ?

Voir aussi

La version bêta de GNOME 40 est disponible, l'environnement de travail est plus ergonomique et apporte de nouvelles API pour la prise en charge de GJS JavaScript

La version bêta de Fedora 34 est disponible, elle utilise GNOME 40 comme environnement de bureau par défaut et apporte une compression transparente du système de fichiers Btrfs

L'équipe de GNOME Shell annonce la sortie de GNOME 3.38 qui apportera plusieurs améliorations à Mutter et bien d'autres fonctionnalités

GNOME 3.36 « Gresik » débarque et s'accompagne d'une amélioration de Paramètres, ainsi que la possibilité de charger et afficher des PDF directement dans une fenêtre de Web, le navigateur par défaut

La Fondation GNOME est trainée en justice par la société Rothschild Patent Imaging sur la base d'allégation de violation de brevet

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de esperanto
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/03/2021 à 8:40
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les utilisateurs s'attendaient normalement à une version 3.40, mais l'équipe de développement a adopté un nouveau système de versionnage qui supprime la numérotation lourde. C'est ce qui explique que cette version est GNOME 40.
Mouais, enfin ils ont surtout cédé à la mode qui veut qu'on annonce des numéros à deux puis trois chiffres histoire de faire croire que tout avance plus vite. C'est comme toutes les "innovations" publicitaires, elles ne sont valables que jusqu'à ce que tous les concurrents fassent la même chose...

Désolé, mais que ce soit pour Gnome ou quoi que ce soit d'autre, je n'adhère pas à cette mode. L'intérêt de la numérotation "lourde" est de faire la distinction entre les modifications majeures et mineures. Ici le passage de 3.38 à 4.0 serait parfaitement justifié. La preuve dans les points suivants: il y a suffisamment de modifications pour que des gens n'aiment pas (ça sent le fork...). Par contre si la prochaine version s'appelle 41 alors qu'elle ne fait que corriger des bugs et ajouter des modifications mineures, ça na aucun sens.

Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Pas convaincu. J'ai l'impression de retrouver les mêmes tares que sur les dernières versions de GNOME 3, notamment avec un bureau vide d'icône et pas de drag and drop entre Nautilus et le bureau.

Pire ici, il y a cette nouvelle disposition dont je ne suis pas fan. L'espace vertical est rare sur une interface PC et GNOME 40 vient tout y entasser. Le dock était très bien à gauche, de même que les bureaux à droite. Maintenant on a des espaces vides qui à mes yeux servent à rien.
Eh oui, là où Gnome 3 faisait ressembler le PC à une tablette, Gnome 40 le fera ressembler à un téléphone portable, sauf que les écrans verticaux sur PC sont rares (même si ça existe). J'imagine donc que Gnome 50 s'inspirera du petit écran des frigos

Citation Envoyé par coder_changer_vie Voir le message
plus j'utilise KDE Plasma, moins je peux revenir en arrière...
Mouais, encore que là où Gnome s'est rapproché des tablettes, KDE 5 a plutôt pris le virage inspiré de Windows 10, avec des alternances horizontal-vertical pas si pratiques. Du coup je suis resté au "menu d'applications" dont j'ai bien pris soin de supprimer tous les icônes à gauche parce que j'en avais marre d'éteindre le PC à chaque fois parce que je glissais du menu K vers le bouton d'extinction juste au dessus...

Mais à tout prendre, je préfère KDE 4, dont je regrette qu'il n'ait pas été forké, ou maintenant Trinity qui est basé sur KDE 3.5 mais dont je déplore seulement que l'architecture interne n'évolue pas (toujours sur Qt 3, KMail et Konqueror avec les moteurs de rendu d'il y a quinze ans, etc), mais je ne les blâme pas, c'est probablement faute de contributeurs.

Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Ceci me conforte dans le choix que j'ai fait lors de mon installation de Linux sur mon nouveau PC, à savoir mettre Cinnamon à la place de GNOME en tant qu'environnement de bureau sur mon Ubuntu. Cinnamon est vraiment ce que Gnome 3+ aurait dû être, celui qui respecte le plus l'héritage philosophique de GNOME 2 (MATE vit dans le passé GNOME 2 pour moi donc non merci). Au lieu de ça on a le GNOME actuel qui ne va pas en s'arrangeant, loin de là même. J'espère que Canonical profitera de ce changement majeur de GNOME pour le dégager et mettre Cinnamon à la place. Idem avec Nemo à la place de Nautilus. Ce qu'il y a dans les dépôts de la dernière LTS (20.04 LTS donc) tourne comme un charme, donc pourquoi pas aller plus loin avec au moins une variante si ce n'est devenir la variante officielle ?
Si MATE existe, c'est bien qu'il y a des gens qui préfèrent cette disposition des menus, donc s'il y a du monde pour maintenir heureusement que ça existe. Après vous allez dire qu'il y a de la dispersion, alors j'espère quand même que Gnome, MATE et Cinnamon collaborent au moins sur les points qui n'ont aucune raison de diverger (par exemple les fichiers de traduction, ou certaines applications qui n'ont pas divergé). Non?
3  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 3:58
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Que pensez-vous des changements intervenus dans GNOME 40 ?
Pas convaincu. J'ai l'impression de retrouver les mêmes tares que sur les dernières versions de GNOME 3, notamment avec un bureau vide d'icône et pas de drag and drop entre Nautilus et le bureau.

Pire ici, il y a cette nouvelle disposition dont je ne suis pas fan. L'espace vertical est rare sur une interface PC et GNOME 40 vient tout y entasser. Le dock était très bien à gauche, de même que les bureaux à droite. Maintenant on a des espaces vides qui à mes yeux servent à rien.

Ceci me conforte dans le choix que j'ai fait lors de mon installation de Linux sur mon nouveau PC, à savoir mettre Cinnamon à la place de GNOME en tant qu'environnement de bureau sur mon Ubuntu. Cinnamon est vraiment ce que Gnome 3+ aurait dû être, celui qui respecte le plus l'héritage philosophique de GNOME 2 (MATE vit dans le passé GNOME 2 pour moi donc non merci). Au lieu de ça on a le GNOME actuel qui ne va pas en s'arrangeant, loin de là même. J'espère que Canonical profitera de ce changement majeur de GNOME pour le dégager et mettre Cinnamon à la place. Idem avec Nemo à la place de Nautilus. Ce qu'il y a dans les dépôts de la dernière LTS (20.04 LTS donc) tourne comme un charme, donc pourquoi pas aller plus loin avec au moins une variante si ce n'est devenir la variante officielle ?
2  0 
Avatar de coder_changer_vie
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 8:43
plus j'utilise KDE Plasma, moins je peux revenir en arrière...

Dommage car GTK4 est très prometteur, mais ce qui en ai fait au dessus s'éloigne des mes usages.

Jugement purement personnel, à vous de tester avec une démarrage sur clef usb pourquoi pas ;-)
1  0 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/04/2021 à 12:35
Citation Envoyé par air-dex
vide d'icône et pas de drag and drop entre Nautilus et le bureau.
Impensable !
J'ai toujours eu l'impression que Gnome 3 avait un côté gadget (ou tablette comme le dit esperanto), du moins dans les versions récentes (pas connu la période de Gnome 2 et du passage à Gnome 3). C'est le bureau Linux que j'ai toujours eu le moins envie d'essayer avec le défunt Unity, installé initialement par l'assembleur de ma machine et très vite remplacé.
La démo animée avec ce surgissement des fenêtres (façon train de Méliès qui vous fonce dessus) n'arrange rien. Ce doit être amusant 5 mn et ensuite vite éprouvant.

A mon sens le plus important c'est de pouvoir facilement ouvrir de nombreux lanceurs : applis et commandes courantes avec parfois des variantes de la ligne de commande, emplacements et fichiers essentiels ou quelquefois temporairement usuels. En choisissant facilement de les mettre dans un menu, un tableau de bord et/ou sur le bureau.

Si, après avoir essayé KDE et Cinnamon (du temps de Mint 17), j'ai pour le moment gardé Mate malgré certains défauts, c'est notamment :
- du fait de son menu arborescent (à la norme XDG-open, installé en plus du panneau Mint). C'est le seul moyen pratique d'avoir de nombreux item sans utiliser une barre de défilement comme un panneau plus esthétique mais où la profondeur est fixe à 2 niveaux seulement.
- Les tableaux de bord sont certes ascétiques, (pas de dock style Mac, etc), mais pratiques parce que peu encombrants et très simples d'emploi, on met les tableaux eux-mêmes où on veut (sur les bords) et on déplace les icônes de lancement librement dans les tableaux de bord.
- une petite applet "Palette de caractères" qui permet de disposer directement de jeux de caractères visibles dans un tableau de bord. Marre des claviers indigents (presque) du 19e siècle qui rendent compliqué de taper É (entre autres) 😠

Mais le choix d'un bureau, c'est toujours fromage ou dessert ...
Malgré de gros progrès, la compatibilité entre bureau laisse toujours à désirer.
Fini le temps où l'installation d'une appli KDE sur Mate ou Cinnamon provoquait souvent une catastrophe. Mais pour moi, la dépendance d'un gestionnaire de fichiers au bureau est une hérésie. C'est dû notamment à la gestion des icônes du fond d'écran qui à mon sens devrait être indépendante.
Caja (gestionnaire de fichiers de Mate) n'est pas très satisfaisant malgré certains progrès et j'ai toujours regretté Dolphin.

Pour ce qui est de GTK4, je m'inquiète. Je ne connais pas précisément les différences de possibilités entre GTK2, 3, 4. Mais j'ai compris que GTK3 était bien plus compliqué que GTK2 et incompatible ce qui s'est traduit par des régressions ou des bogues de Mate et de certaines applis quand les programmeurs n'avaient pas fait un gros effort pour réécrire les interfaces. Sans gain toujours évident pour les besoins courants.
Ils doivent courir pour ne pas reculer, un peu comme Alice.
1  0 
Avatar de grunt2000
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/05/2021 à 16:07
GNOME est un excellent environnement graphique pour l'ordinateur sous Linux, mais beaucoup moins pour son utilisateur.
Les icônes du bureau supprimées "parce que les développeurs ne pouvaient plus les soutenir" (les pauvres choux...) en traitant au passage ceux qui les réclamaient de personnes brouillonnes et désorganisées d'y avoir recours,

Les raccourcis, de toutes façons, c'est pas son fort : t'en veux un ? Apprends à créer un fichier .desktop ! Parce que ça se fera pas d'un clic droit ou d'un drag'n'drop de la souris : ça fatiguerait le système, on suppose.

Les fonds d'écrans qui alternent toutes les demi-heures ? Pas ici bonhomme. Vis avec du âpre. Le fond bleu-gris t'ira bien.

Ah et puis, les caractères carrés... C'est que tu es devant une page indienne, thaï, khmère ou d'un autre pays qui écrit en carrés, Ouais ! Tu crois qu'Unicode ça veut dire qu'on va t'installer des fontes pour que tu voies tout de suite toutes les pages web comme il faut ?! Ah non, va te les télécharger et installer une par une, bonne chance et... Dis-nous si tu finis un jour !

GNOME c'est les développeurs qui croient savoir mieux que les utilisateurs ce dont ils ont besoin.
2  1 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/05/2021 à 4:33
D'après ce qu'écrit grunt2000 à propos de GNOME, c'est encore pire que ce que je pensais.
J'avais écrit récemment sur un autre forum (de Mint) qu'ils étaient les rois de la régression (à propos de Gnome Paint, malencontreusement imité récemment par Drawing sous Mint), mais je ne pensais pas que c'était à ce point là.
Enfin je suppose que le problème sera résolu quand tous leurs utilisateurs auront migré vers d'autres distributions plus accueillantes ...
Toutefois il semble y avoir un rapport assez étroit entre Gnome et GTK.
Il y avait eu apparemment pas mal de problèmes lors de la migration de GTK2 vers GTK3, j'appréhende le pire pour GTK4.
1  0 
Avatar de goldbergg
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 11:28
Que pensez-vous des changements intervenus dans GNOME 40 ?
J'en pense que finalement Gnome 2 c'était pas si mal...
Heureusement qu'il y a d'autre environnement a disposition.
0  0 
Avatar de JPLAROCHE
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 14:24
heiii, GTK4 ce n'est pas seulement shell Gnome....
0  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 14:42
mais l'équipe de développement a adopté un nouveau système de versionnage qui supprime la numérotation lourde. C'est ce qui explique que cette version est GNOME 40. Après la sortie de GNOME 40 en mars 2021, une série de versions intermédiaires suivra. Celles-ci seront numérotées GNOME 40.1, GNOME 40.2, et ainsi de suite. En octobre, GNOME 41 sera publié. La version suivante sera GNOME 42, etc.
on m'explique la différence avec l'ancien système de notation dit "lourd" ? -->Gnome 2, Gnome, 3, 3.38 ...3.40, etc.
Parce que soit le changement de nommage est mal expliqué, soit c'est du gros bullshit pour présenter un gros chiffre (40 au lieu de 4).
0  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 14:47
Citation Envoyé par Christian_B Voir le message
Impensable !
J'ai toujours eu l'impression que Gnome 3 avait un côté gadget (ou tablette comme le dit esperanto), du moins dans les versions récentes (pas connu la période de Gnome 2 et du passage à Gnome 3). C'est le bureau Linux que j'ai toujours eu le moins envie d'essayer avec le défunt Unity, installé initialement par l'assembleur de ma machine et très vite remplacé.
La démo animée avec ce surgissement des fenêtres (façon train de Méliès qui vous fonce dessus) n'arrange rien. Ce doit être amusant 5 mn et ensuite vite éprouvant.
Il y a eu 2 Unity à mon sens : celui d'avant la 12.04 LTS qui était nul à chier et celui d'après qui était génial à utiliser. Unity était très ergonomique une fois bien pris en main.

Citation Envoyé par Christian_B Voir le message
A mon sens le plus important c'est de pouvoir facilement ouvrir de nombreux lanceurs : applis et commandes courantes avec parfois des variantes de la ligne de commande, emplacements et fichiers essentiels ou quelquefois temporairement usuels. En choisissant facilement de les mettre dans un menu, un tableau de bord et/ou sur le bureau.

Si, après avoir essayé KDE et Cinnamon (du temps de Mint 17), j'ai pour le moment gardé Mate malgré certains défauts, c'est notamment :
- du fait de son menu arborescent (à la norme XDG-open, installé en plus du panneau Mint). C'est le seul moyen pratique d'avoir de nombreux item sans utiliser une barre de défilement comme un panneau plus esthétique mais où la profondeur est fixe à 2 niveaux seulement.
- Les tableaux de bord sont certes ascétiques, (pas de dock style Mac, etc), mais pratiques parce que peu encombrants et très simples d'emploi, on met les tableaux eux-mêmes où on veut (sur les bords) et on déplace les icônes de lancement librement dans les tableaux de bord.
- une petite applet "Palette de caractères" qui permet de disposer directement de jeux de caractères visibles dans un tableau de bord. Marre des claviers indigents (presque) du 19e siècle qui rendent compliqué de taper É (entre autres) 😠
Pour moi le plus important est de pouvoir façonner son bureau de manière à ce qu'il nous convienne parfaitement. Unity m'allait comme un gant bien que difficilement personnalisable à foison donc pour le coup pas de problèmes avec lui. Mais si tu veux un bureau encore dans le coup qui fasse cela alors les options ne sont pas nombreuses : MATE qui a repris ça de GNOME 2, Cinnamon qui continue à faire vivre cela dans son Gnome 3+ spirituel, et XFCE. C'est pour ça qu'il m'est arrivé quelques fois de passer temporairement sous Xubuntu, parce que XFCE.

Il y a aussi l'importance du look and feel. Tu parles d'interface ascétique pour MATE, mais pour moi c'est non merci en 2021. Ce n'est pas un compromis et ça n'a pas à l'être. C'est important aussi d'avoir quelque chose d'esthétique, ne serait-ce parce qu'on est obligé de voir l'interface tout le temps. Ce n'est pas parce qu'on peut composer avec une vieille interface gris informaticien digne d'un design soviétique des années 70 qu'on est obligé de s'en coltiner une par masochisme si on a le choix. Respectons-nous un minimum.

Quant aux caractères c'est vrai qu'il manque une touche accent aigu sur nos claviers. Après avec un clavier Linux tu peux taper É en activant le Verr. Maj. et en appuyant sur é.

Citation Envoyé par Christian_B Voir le message
Mais le choix d'un bureau, c'est toujours fromage ou dessert ...
Malgré de gros progrès, la compatibilité entre bureau laisse toujours à désirer.
Fini le temps où l'installation d'une appli KDE sur Mate ou Cinnamon provoquait souvent une catastrophe. Mais pour moi, la dépendance d'un gestionnaire de fichiers au bureau est une hérésie. C'est dû notamment à la gestion des icônes du fond d'écran qui à mon sens devrait être indépendante.
Caja (gestionnaire de fichiers de Mate) n'est pas très satisfaisant malgré certains progrès et j'ai toujours regretté Dolphin.
Unpopular opinion : OSEF.

Au delà du code le plus important est les usages qui se cachent derrière les lignes de code. Qu'importe la dépendance du moment que le programme fasse ce qu'on lui demande. Pas à tout prix non plus certes, mais le plus important sera toujours le programme final.
0  0