IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La dernière version de systemd inclut une fonctionnalité expérimentale pour les mises à jour de type A/B,
Et la version par défaut de C est passée de C89 à C11

Le , par Bill Fassinou

18PARTAGES

6  0 
Systemd 251 vient d'être publié. Dans le cadre de cette nouvelle version de la suite logicielle, la version par défaut de C est passée de C89 à C11 avec les extensions GNU (GNU11), bien que les en-têtes API soient toujours limités à la version la plus ancienne (89). Ce changement pourrait être motivé par la volonté de suivre les traces du noyau Linux, qui a également migré vers C11 en raison des limitations que présente C89. Par ailleurs, un nouvel ensemble de variables d'environnement de surveillance des services est transmis aux gestionnaires OnFailure/OnSuccess.

Systemd est le gestionnaire de système et de service par défaut pour la plupart des distributions Linux. Cependant, systemd est également un système d'initialisation très controversé. Les critiques relatives à systemd portent principalement sur le fluage des fonctionnalités, car le projet ne serait pas conforme à la philosophie « faire une chose et bien la faire » des systèmes Unix en général. D'autres aspects, comme l'utilisation de journaux binaires (par opposition aux journaux de texte lisibles par l'homme), ont également suscité des critiques. En outre, les critiques ont été également alimentées par la découverte de failles de sécurité "graves".

Ceci étant, systemd continue de croître et de se développer, tout comme Linux lui-même. La version 251 de systemd vient d'être publiée et comme pour la plupart des mises à jour de systemd, systemd 251 est une autre version lourde qui continue à ajouter de nouvelles fonctionnalités pour améliorer les flux de travail et moderniser d'autres zones de bas niveau de la pile Linux au-delà de ses fonctions conventionnelles de système d'initialisation. En regardant le dépôt Git de systemd de la v250 à la v251, il y a eu 79 853 nouvelles lignes de code et 34 624 lignes supprimées au cours des six derniers mois.



Systemd 251 ajoute le nouveau composant systemd-sysupdate, qui est le fruit d'un travail commencé l'été dernier par Red Hat et les principaux développeurs de systemd. Selon l'équipe, systemd-sysupdate découvre/télécharge/installe automatiquement des mises à jour de type A/B pour l'installation hôte elle-même ou les images de conteneurs/images de services portables. Pour rappel, les mises à jour système de type A/B, également connues sous le nom de "mises à jour transparentes", garantissent qu'un système de démarrage fonctionnel reste sur le disque pendant une mise à jour OTA (over-the-air).

Cette approche réduit la probabilité d'un appareil inactif après une mise à jour, ce qui signifie moins de remplacements d'appareils et de réinitialisations d'appareils dans les centres de réparation et de garantie. D'autres systèmes d'exploitation commerciaux, tels que Android et Chrome OS, utilisent également les mises à jour de type A/B. Selon l'équipe de systemd, le composant systemd-sysupdate est actuellement considéré comme expérimental. Parmi les principaux changements pour systemd 251, on trouve :

  • systemd 251 utilise désormais le standard "C11-with-GNU-extensions" du compilateur GCC, surnommé GNU11. Cette version s'aligne ainsi sur le noyau Linux lui-même, qui utilise le même standard depuis la version 5.18 - ce qui a été facilité par le fait que le noyau 5.15 a fait passer la version minimale requise de GCC à 5.1 ;
  • tous les noyaux supportés par systemd intégreront désormais la sortie de l'instruction RdRand (ou d'autres extensions ISA aléatoires du CPU) dans le pool d'entropie au démarrage. Cela signifie que même si /dev/urandom n'est pas initialisé, il retournera des octets qui ont au moins la même qualité que RdRand. À son tour, systemd n'a plus besoin d'invoquer RdRand directement lui-même. Dans le passé, l'utilisation de RdRand par systemd était sujette à des bogues ;
  • diverses améliorations de la spécification du programme d'amorçage et diverses améliorations de l'installation du noyau ;
  • un nouvel ensemble de variables d'environnement de surveillance des services est transmis aux gestionnaires OnFailure/OnSuccess ;
  • les unités qui ont été détruites par systemd-oomd auront maintenant un résultat de service de oom-kill ;
  • activation d'un plus grand nombre de paramètres de service pour qu'ils fonctionnent maintenant aussi avec les services d'utilisateurs non privilégiés ;
  • busctl utilise maintenant le format pcapng pour la sortie plutôt que pcap ;
  • nouveaux fichiers de base de données matérielles (hardware database- HWDB) pour les appareils portables et les appareils de production A/V ;
  • les fichiers .netdev de systemd-networkd peuvent maintenant être utilisés pour créer des périphériques WLAN virtuels ;
  • PID 1 récupère désormais automatiquement les informations d'identification du système depuis l'interface fw_cfg de QEMU. Il s'agit d'un moyen de passer des données arbitraires dans les systèmes VM, similaire à ce qui peut être fait actuellement avec les conteneurs systemd-nspawn. Initialement, la ligne de commande du noyau systemd.set_credential= est le cas d'utilisation prévu lorsqu'elle est associée à des VM utilisant le stub (bouchon) UEFI systemd-stub ;
  • l'option LoadCredential= recherchera désormais automatiquement les informations d'identification à importer dans les répertoires /etc/credstore/, /run/credstore/, /usr/lib/credstore/ si aucun nom de fichier source ou un nom relatif n'est fourni. D'après la documentation, "l'idée est que ces répertoires sont maintenant l'emplacement recommandé pour l'ensemble du système afin d'y placer les informations d'identification à récupérer automatiquement par les services" ;
  • les générateurs invoqués par PID 1 ont maintenant plusieurs variables d'environnement ajoutées : $SYSTEMD_SCOPE, $SYSTEMD_IN_INITRD, $SYSTEMD_ARCHITECTURE, $SYSTEMD_FIRST_BOOT, et $SYSTEMD_VIRTUALIZATION ;
  • les périphériques de bloc obtiendront maintenant un nouvel ensemble de liens symboliques de périphérique dans /dev/disk/by-diskseq/[nr], qui peuvent être utilisés pour référencer les nœuds de périphérique de bloc via la valeur diskseq du noyau. Ceci est lié au changement introduit par Linux 5.15 pour systemd et soulevé par les ingénieurs de Microsoft également pour un compteur global sur les changements de blocs/disques ;
  • l'outil systemd-creds a maintenant un mot has-tpm2 pour indiquer si un module TPM 2.0 fonctionnel est disponible ;
  • etc.


Source : systemd v251

Et vous ?

Que pensez-vous des nouveautés introduites par systemd 251 ?

Voir aussi

GNOME 3.34 est maintenant géré avec systemd, le système d'initialisation controversé, et apporte ainsi quelques changements

La version 9.0 de Red Hat Enterprise Linux est disponible, elle inclut le noyau 5.14, systemd 249, Python 3.9, première version majeure depuis qu'IBM a dépensé 34 milliards de dollars pour racheter

Linus Torvalds publie la version 5.18 du noyau Linux qui marque le passage à la norme de compilation C11, et inclut un meilleur support matériel pour les produits Intel et AMD

Intel s'apprête à commercialiser des processeurs "Pay-As-You-Go" où vous payez pour débloquer des fonctionnalités du processeur, le mécanisme devrait être pris en charge par Linux 5.18 au printemps

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !