IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie veut remplacer Windows par Linux sur ses ordinateurs en raison des sanctions occidentales
Mais se heurte à l'absence de « plateforme Linux » qui plombe le développement des applications

Le , par Patrick Ruiz

36PARTAGES

26  0 
La Russie veut débarrasser ses ordinateurs de Windows au profit de Linux en raison des sanctions occidentales. La manœuvre en cours de mise en place est la conséquence de la suspension par Microsoft des ventes de ses logiciels dont Windows au mois de mars. En sus, le géant technologique a, entre autres, bloqué les mises à jour de Windows 10 et Windows 11 en Russie. Le ministère de la sécurité du numérique du pays entend donc amener les éditeurs à adapter leurs solutions à Linux sous peine d’exclusion du registre des logiciels nationaux. La décision suffira-t-elle à atteindre cet objectif quand des experts pointent l’inexistence d’une « plateforme Linux » comme motif de l’échec de Linux sur le desktop ?

Que la Russie annonce son intention de se débarrasser de Windows au profit de Linux n’est pas nouveau. En effet, en 2016, l’administration Poutine a fait part de son intention d’éliminer les logiciels d’éditeurs américains tels que Microsoft, Oracle ou IBM des entités locales sensibles de peur qu’ils soient utilisés par les États-Unis pour infiltrer les systèmes russes. C’est dans cette mouvance qu’en janvier 2018, le ministère russe de la Défense a annoncé qu’il comptait faire migrer les systèmes militaires tournant sous Windows vers Astra Linux, mettant en avant le fait que l’approche à source fermée de Microsoft ne servirait en réalité qu’à dissimuler des portes dérobées intégrées à Windows qui peuvent être exploitées par les services de renseignement américains à des fins de cyberespionnage.

Des efforts dans le sens de déboucher sur un système d’exploitation souverain ne relèvent donc pas d’une nouveauté. L’exemple Astra Linux l’illustre à souhait. Les autorités russes peuvent tout aussi bien s’appuyer sur des distributions comme Linux Lite pour l’atteinte de leur objectif. Le système d’exploitation est donc déjà bel et bien disponible s’il faut faire avec Linux comme le prescrivent les autorités. L’épine dans le pied de Linux serait l’absence de « plateforme » qui rend difficile le développement d’applications pour les différentes distributions.

Tobias Bernard explique cette notion d’absence de plateforme Linux qui rend difficile le développement d’applications pour les différentes distributions

Tobias Bernard, designer travaillant pour Purism afin d'apporter GNOME sur mobile avec le téléphone Librem 5, est d’avis que le véritable problème de Linux est que, contrairement à Windows et macOS, il n'y a pas vraiment de plateforme Linux. « Je pense que le cœur du problème est en fait la couche en dessous : avant de pouvoir avoir des écosystèmes sains, nous avons besoin de plateformes saines pour les construire », dit-il. Mais qu'est-ce qu'une plateforme ?

Pour lui, les plateformes qui connaissent du succès se distinguent par différents éléments qu'on peut manquer facilement en regardant simplement la surface. Du côté des développeurs par exemple, elles disposent d'un OS que les développeurs peuvent utiliser pour créer des applications et elles proposent un SDK et des outils développeur intégrés au système d'exploitation. Il faut également de la documentation pour les développeurs, des didacticiels, etc. pour que les gens puissent apprendre à développer pour la plateforme. Et une fois les applications créées, il doit y avoir un magasin d'applications pour les soumettre.

Mais les développeurs ne peuvent pas créer d'excellentes applications par eux-mêmes. Cela dit, il faut également des designers. Et les designers ont besoin d'outils pour simuler et prototyper les applications ; des modèles d'interface utilisateur pour des choses comme la mise en page et la navigation afin que chaque application n'ait pas à réinventer la roue ; et un langage de conception graphique pour pouvoir visuellement adapter leur application au reste du système. Il faut également des directives d'IHM documentant tout ce qui précède, ainsi que des didacticiels et d'autres ressources pédagogiques pour aider les gens à apprendre à concevoir des applications pour la plateforme.

Du côté de l'utilisateur final, Tobias Bernard explique qu'il faut vous un système d'exploitation grand public avec une boutique d'applications intégrée, où les gens peuvent obtenir les applications créées par les développeurs. L'OS grand public peut être le même que l'OS développeur, mais pas forcément (par exemple, ce n'est pas le cas pour Android ou iOS). Les utilisateurs doivent aussi disposer d'un moyen d'obtenir de l'aide ou un support lorsqu'ils ont des problèmes avec leur système (qu'il s'agisse de magasins physiques, d'un site Web d'aide ou autre).


En d'autres mots, Tobias Bernard estime qu'on ne peut pas parler de plateforme avant de remplir quatre conditions essentielles : un système d'exploitation, une plateforme développeur, un langage de conception et un magasin d'applications. Sur cette base, si nous cherchons dans le monde du logiciel libre, où sont les plateformes ? Selon Tobias Bernard, le seul OS remplissant les quatre conditions dans le monde libre est Elementary OS.

Linux ? Non, car Linux est un noyau, qui peut être utilisé pour créer des systèmes d'exploitation autour desquels peuvent être créées des plateformes, comme Google l'a fait avec Android. Mais un noyau en lui-même ne remplit pas les quatre conditions, et n'est donc pas une plateforme.

En regardant parmi les distributions, on peut penser à Ubuntu, qui est clairement parmi les plus populaires et qui, contrairement aux autres, a son propre magasin d'applications. Mais Ubuntu n'est toujours pas une plateforme, car il n'a pas les éléments les plus critiques, à savoir un SDK ou une pile technologique pour les développeurs et un langage de conception. D'autres distributions se trouvent dans une situation similaire à Ubuntu, mais pire parce qu'elles n'ont pas de boutiques d'applications.

GNOME ? C'est la pile de bureau la plus populaire dans le monde du logiciel libre, et il possède un SDK et un langage de conception. Mais, il n'a pas de système d'exploitation. De nombreuses distributions sont livrées avec GNOME, mais elles sont toutes différentes d'une manière ou d'une autre, donc elles ne fournissent pas un objectif de développement unifié.

En résumé, le fait qu'il n'y ait pas de plateforme Linux (une "plateforme" dans le monde Linux qui remplit ces quatre conditions) rend difficiles le développement et la distribution d'applications avec une bonne expérience utilisateur. Ce qui pourrait être la racine de tous les maux de Linux sur desktop et la raison pour laquelle la tentative de la Russie de remplacer Windows par Linux pourrait connaître un échec.

Source : kommersant, Tobias Bernard

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Voyez-vous dans les explications de Tobias Bernard le véritable problème freinant l'adoption de Linux sur desktop et donc le possible échec d’une initiative comme celle de la Russie ?

Voir aussi :

Si Linux a de la peine à s'imposer sur le desktop c'est à cause de la fragmentation de l'écosystème, d'après Linus Torvalds
« Linux a échoué sur le Desktop » pour le créateur de GNOME, un avis tranché qui divise la communauté open source
2017 est officiellement l'année de Linux desktop selon un utilisateur de macOS : le patron de la Fondation Linux, quel message aux fans de Linux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 19:21
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Qu'en pensez-vous ? Voyez-vous dans les explications de Tobias Bernard le véritable problème freinant l'adoption de Linux sur desktop et donc le possible échec d’une initiative comme celle de la Russie ?
On parle d'un état ici, qui veut virer Windows de ses "entités sensibles". Ce n'est pas moi qui le dit mais l'article.

Ils peuvent choisir n'importe quelle version de GNU/Linux et donc utiliser le store présent ou en greffer un. Comment a fait la Chine avec son clone de Ubuntu? Comment a fait la gendarmerie en France?
16  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 22:59
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Il suffirait que plusieurs pays s'associent pour améliorer la couche graphique...de linux, faire en sorte qu'il soit plus opérable pour que cela prenne.
Ou le préinstaller sur les PC... Ça a marché avec Windows 8
14  0 
Avatar de abriotde
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 23:01
Linux a déjà tout:

- Des utilisateurs néophytes (dont ma femme). Aujourd'hui il n'est pas plus dure de prendre en main Linux que Windows. Moi qui ai quitté Windows il y a 15 ans je le trouve bien plus difficile à prendre en main (exp : La dernière fois j'ai voulu copier un fichier, impossible de retrouver le path, il n'est pas indiqué dans la barre et pire, ca s'appele Bureau mais en fait c'est Desktop... impossible a retrouver ailleurs que sous l'explorateur Windows). C'est qu'une question d'habitude pour Linux comme Windows.

- Un magasin d'applications fourni (et parfois on a pas besoin des applications car la CLI le remplace)

- Des millions de développeurs ont développés tout une panoplie d'outils.

- Des serveurs, des firewall, des routeurs....

En fait c'est Linux/BSD qu'il serait plus difficile de virer si on le voulait .
11  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 22/09/2022 à 2:16
Qui utilise le magasin d'applications de Windows ?
11  0 
Avatar de lubinfo
Membre actif https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 20:25
Bonjour,

Un petit lien
8  0 
Avatar de Paradoxalix
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/09/2022 à 22:14
Avec un bout de métal et un marteau ... certains arrivent à créer un burin.

Avec le burin , le même marteau et une grosse pierre ... certains arrivent à sculpter une œuvre qui va traverser les siècles.
D'autres n'arrivent qu'à se taper sur les doigts !

Le résultat dépend avant tout de la science de celui ou celle qui a le marteau en main, pas des outils.

Donnez-moi un Stradivarius et dans les trois jours qui suivent , si je l'utilise, il y a fort à parier que je me retrouve avec la tête dans un violon !

Un outil, fût-il au sommet de sa technologie ne peut combler les manques de celui qui l'utilise ; par contre : celui qui vous le vendra vous prétendra toujours le contraire.
Mais, la grotte de Lascaux n'a pas été ce quelle est grâce à une technologie.

Linux vous donne des milliers d'outils , tous très efficaces et fiables : mais vous devez les agencer en fonction de ce que vous voulez obtenir.

Définissez ce que vous voulez et choisissez l'outil qui réalisera ce que vous attendez.
Votre problème est de VOUS organiser .

Sans doute êtes-vous dépassé par les milliers d'outils à votre disposition ...
alors commencez par faire le premier pas , tombez, relevez-vous , vous avez appris quelque chose ,même si vous ne le savez pas encore ...

Rappelez-vous Beethoven : " Le génie c'est 1% d'inspiration et 99% de transpiration " ; on ne crée jamais rien en poussant seulement sur un bouton.

Les explications fumeuses pour justifier un manque de réussite sont un phénomène courant , ne perdez pas votre temps , le sexe des anges ...
Ténacité et réflexions et humilité sont à la base de tous les progrès humains.

Cordialement : Paradoxalix
7  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/09/2022 à 12:29
Citation Envoyé par eomer212 Voir le message
se plaindre de l'abscence de plate forme sous linux, on aura tout vu.
non, ce qui va vraiment manquer à la russie, c'est des developpeurs. car ceux ci auront étés enrolés de force pour servir de chair à canon.
et comme il sont normalement moins cons que l'ordinaire, ils vont se faire la malle à la premiére occasion.
ou s'il sont encore moins cons, ils se seront déja barrés de ce pays de fous..
Sur quelle source ? Je vois de nombreux développeurs russes sur des projets open source.La réalité semble totalement en contradiction avec votre discours sortie de nulle part. Si vous avez des chiffres sur le nombre d'hommes enrôlés de force, je suis preneur.

Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
Adieu l'interopérabilité, la rétrocompatibilité, l'ergonomie, la communauté orientée utilisateur, le développement haut-niveau...
Idem, quel est le fondement de votre discours ??
7  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/09/2022 à 12:36
Citation Envoyé par AndMax Voir le message
Avant de parler d'un possible échec sur le fait de passer à des systèmes d'exploitation ou logiciels libres, notons l'échec certain et avéré d'être dépendant le logiciels privateurs: "le géant technologique a, entre autres, bloqué les mises à jour de Windows 10 et Windows 11 en Russie". La situation pour les administrations et utilisateurs en Russie est donc une véritable catastrophe. Il suffit de consulter la liste des vulnérabilités corrigées dans Windows ces derniers mois pour se rendre compte du nombre de failles ouvertes sur les PC de ce pays qui tournent sous cet OS.

Il n'y a donc que 2 solutions pour eux: de la bidouille avec des serveurs de mises à jour "pirates" gérés depuis l'étranger ou des VPN, mais ça risque d'être très très compliqué dans la durée, et illusoire pour la majorité des utilisateurs, ou un passage le plus rapide possible vers des OS libres, déjà disponibles et biens fournis en logiciels, où personne ne peut empêcher quiconque de corriger une faille ou de faire une amélioration.

Donc je ne pense pas qu'on puisse dire "la Russie veut" comme c'est dit dans le titre. La Russie n'a plus le choix, elle est face à un mur, à cause des dangereuses et cruelles décisions de son dictateur.

Pour en revenir à ce que dit Tobias Bernard, je crois que la présence d'une boutique d'applications n'explique en rien la facilité ou difficulté de développer ou d'avoir une "plateforme". Windows n'avait pas de boutique non plus avant 2012, et Microsoft c'est inspiré de distributions Linux, Android et iOS pour en concevoir une. Je pense au contraire qu'une plateforme avec boutique sous Linux risque même d'être même un frein pour toutes les notions de liberté et intérêts des utilisateurs. Il suffit de voir comment les "plateformes" existantes luttent en occident contre les filtres anti-pubs, contre les malwares qui peuvent envahir leurs boutiques, et comment elles doivent se soumettre à des législations locales (surtout en Chine et en Russie), avec de la censure d'applications et de contenus. Quelle entreprise ou fondation aura des ressources pour gérer cela ? Une plateforme peut aussi constituer un moule dont il est difficile de sortir pour innover et proposer mieux. Le jour où Linux aura une plateforme unique ou hégémonique, elle va brider de nombreuses initiatives, et elle sera attaqué de toutes parts... par exemple parce-qu'elle proposera un outil pour lire des DVD, ou pour lire des DVD sans tenir compte de zones géographiques, ou parce qu'un driver permet de continuer à imprimer même s'il ne reste "plus que" 30% d'encre dans une cartouche, ou parce-qu'elle permettra des mises à jour, même en Russie.

Bref, je pense que la diversité des distributions est un atout plutôt qu'une épine dans le pied.
+ 10 000

Je nuance juste trois choses : la Russie est victime des dangereuses et cruelles décisions de son dictateur anti-occidental. Un dictateur pro-occidental n'aurait pas toutes ces sanctions (comme l'Arabie Saoudite), ou même un dictateur anti-occidental capable de faire du chantage à l'occident (la Chine, par exemple).
Je suis totalement d'accord sur le fait que la diversité des distributions est un atout. C'est juste que les choses ne sont pas claires pour l'utilisateur lambda. Je pense qu’une meilleure classification serait bien pour tout le monde.
Enfin, Microsoft n'a jamais réussi à bloquer complètement des mises à jour. Toutes ces c***** sont donc probablement facilement contournables, surtout que les Russes ont l'habitude de bidouiller, même au sein des entreprises. C'est par exemple pour cela que "l'autorisation" du piratage par le Kremlin s'est faite aussi facilement.
6  0 
Avatar de noscript
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 8:52
Linux d'aujourd'hui n'est pas Linux d'avant, le choix est large et certaines distros sont quasi parfaites. Ça fait plusieurs années que les russes parlent de se débarrasser de m$ et beaucoup de pays l'ont abandonné (certaines régions d'Espagne, d'Allemagne, chez nous des administrations pareil). De plus les russes ont les moyens financiers de recréer tout l'infrastructure qui tourne autour de l'os, ils ont les personnels reste plus qu'à.....
6  0 
Avatar de VBurel
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/09/2022 à 9:35
Citation Envoyé par moldavi Voir le message
Ce qui est étonnant, c'est que n’importe quel pays à suffisamment de développeurs compétents pour faire un OS propriétaire, et cela depuis 20 ans.
Même 30 ou 40 ans, le problème n'est pas un problème de compétence, mais de volonté « politique » au sens large. La façon dont sont traité et utilisé les développeurs aujourd’hui en dit long sur la considération qu’on a pour le sujet. Ce qui nous expose à des problèmes qui vont couter extrêmement cher (que ce soit en matière de sécurité, de maitrise des systèmes ou d’indépendance au sens large).

En France (comme en Europe) on n'a pas fait d'investissement significatifs dans les IT ses 30 dernières années, et l'état n'est toujours pas client. Alors que l'aide direct est le moteur principal de l'industrie informatique américaine, ca veut dire que les institutions et les services, financent le développement économique du secteur en étant client et utilisateur.

Aujourd’hui les entreprise ou services publiques français sont captifs des grands opérateurs (US) et n’ont plus le loisir, les capacités, les moyens ou la marge de manœuvre suffisante pour installer ou adopter d’autres logiciels ou technologie qui ne seraient pas offert par leur fournisseur usuel. En France je suis même confronté à des entreprises qui ne savent même plus installer/déployer un logiciel en mode administrateur (même avec des services DSI).

Linux pourrait nous sauver, mais je ne vois aucune volonté de le faire, ni politique ni organique, la communauté linux elle-même n’est pas intéressé pour faire des plateformes grand publiques.
6  0