Developpez.com - Linux
X

Choisissez d'abord la catégorieensuite la rubrique :


Test de Fedora Core 2

02/06/2004

Par FRLinux
 

Test de Fedora Core 2







Globalement 6 mois après Fedora Core 1, voici venue la 2. Autant le dire tout de suite, elle ne rigole pas. Jugez plutôt vous-même du menu : kernel 2.6.5-nptl, GCC 3.3.3 (3.4 également disponible), Gnome 2.6, KDE 3.2.2, XFCE 4, X.org (remplaçant ainsi XFree 4.4 qui a changé de license au cours de son développement). Cette version est disponible pour x86 et AMD64. Pour ceux ayant suivis le développement même de Fedora, elle est arrivée un petit peu en retard, principalement à cause des patches SELinux (patches du Linux amélioré du NSA) et partiellement à cause de Gnome 2.6 (que la communauté Fédora voulait dans la finale).

J'ai fait mes tests sur deux machines de bureau et un portable. Vous remarquerez à la première installation que Fedora Core 2 ressemble à s'y méprendre à FC1. Après avoir testé la Mandrake 10.0 qui utilisait pour la première fois un kernel 2.6, Fedora est la seconde de la liste que je teste avec cette particularité. Je n'ai rencontré aucun problème d'installation (même le moniteur connecté sur le connecteur DVI marche correctement, probablement grâce à x.org 6.7.0).

Contrairement à FC1, j'ai ici testé plus sérieusement la partie yum. Yum est un outil vous permettant de mettre à jour votre système au niveau sécurité mais aussi n'importe quel autre paquet que vous pourriez désirer. Il vous faudra pour cela éditer /etc/yum.conf. Je vous conseille par ailleurs le très bon site Fedora Tracker qui vous permettra de remplir votre fichier yum jusqu'à plus soif (cet outil en ligne vous permet aussi de remplir votre /etc/apt/sources.list si vous l'avez installé). Au premier démarrage sous Gnome, l'assistant de mises à jour indique si votre machine a besoin de téléchargements. J'ai donc pris soin d'indiquer un miroir près de chez moi et j'ai scandé yum check-update et yum update.

Comme je vous le disais dans l'introduction, la nouvelle Fedora est livrée avec Gnome 2.6 (vous trouverez bientôt le test dans la section Xwin). Gnome 2.6 introduit le concept de vue spatiale, jugez-en plutôt par vous même sur la capture d'écran. Mozilla 1.6 fait également partie du tableau. Pour connaître plus de choses sur Fedora, je vous conseille l'excellent site Fedora News. Gimp 2.0 a également été intégré à cette version, ce qui vous donne un bureau bien homogène bien lissé. Un bug concernant le partionnement entre Windows et Fedora (similaire à ce qui est arrivé avec la Mandrake 10.0) est actuellement en discussion sur la liste de test Fedora. Donc utilisateurs de multi-boot, lisez les rapports avant de faire une installation. Je n'ai pas rencontré de problème n'ayant pas Windows.

Fedora Core 2 est également livrée avec X.org 6.7.0 qui remplace désormais XFree 4.4 (donc la license a changé avant la sortie de cette nouvelle version). Plusieurs fabricants de distribution ont donc décidés de migrer vers X.org et de laisser XFree là où il était. Fedora coté serveur intègre la suite Tomcat/jakarta que je n'ai pas testé mais devrait sans aucun doute intéresser les développeurs de Java sachant que nptl et le kernel 2.6 devraient donner un sacré boost sur les performances. Concernant SELinux, vous serez intéressés de savoir qu'il est désactivé par défaut, si vous désirez l'installer (j'ai rencontré quelques soucis assez énervants lors des Fedora Test), il vous faudra passer selinux lors du prompt d'installation.

Fedora partie KDE utilise le petit dernier en vogue, j'ai nommé 3.2.2, qui de prime abord, ressemble plutôt à Gnome, étant donné le thème BlueCurve. J'ai aussi noté un léger soucis au niveau du paramétrage réseau et de la configuration manuelle du nom de machine (fait lors de l'installation), il semble qu'il ait été troublé avec le nom de domaine.

Comme je le mentionne à chaque test de RedHat/Fedora, mon petit préféré est apt que je vous invite à télécharger sur le site officiel : http://apt.freshrpms.net/. APT (porté de Debian) vous permet de gérer l'installation/désinstallation/mise à jour de paquets via la base RPM en gérant correctement les dépendances. Le site est d'ailleurs maintenu par un Francophone dont le travail ne se dégrade pas. Fedora intègre aussi OpenOffice 1.1.1 dont l'esthétique n'est plus à prouver. Il est également rapide (bien que la vrai vitesse viendra lors de la sortie d'OpenOffice 1.2).

Comme certains le savent déjà, les dernières révisions du kernel 2.6 ne gèrent plus les scanners par le module scanner mais utilisent désormais libusb et hotplug. sane a donc été compilé pour intégrer un support correct des scanners USB. Pour ceux se souvenant de mes tests de RedHat 8.0/9, j'avais souvent des problèmes pour faire reconnaître mon scanner (je veux dire avant d'éditer manuellement dll.conf et epson.conf). Eh bien cette nouvelle version marche parfaitement même pour un utilisateur sans privilèges, c'est une bonne avancée. Certes, d'autres distributions le faisaient déjà auparavant mais Fedora se devait un jour ou l'autre de corriger ce problème.

Les adorateurs de mp3 se verront toujours dans l'impossibilité de lire des mp3 en lançant XMMS. Ceci remonte à l'époque ou des royalties ont été réclamées par les inventeurs du format mp3. RedHat avait alors décidé de supprimer le support mp3 de leur distribution. Le fantôme survit bien puisque cette version n'échappe pas à la règle. La bonne nouvelle est que FreshRPMs vient à la rescousse, pouvant fournir tous les paquets multimédias non disponibles pour des problèmes de license. Ainsi, un apt-get install xmms-mp3 plus tard, vous pourrez tranquillement profiter de votre collection.

XFCE 4 est également fourni dans cette distribution, il représente un gestionnaire de bureau fort sympathique et rapide, ce qui devrait intéresser les configurations un peu faibles (en dessous de 300Mhz). J'ai également testé la compilation d'un noyau direct de chez kernel.org, prenant le dernier disponible en date, j'ai installé un 2.6.7-rc1 compilé avec le GCC de base (3.3.3). J'ai pour cela installé le kernel-source de Fedora, puis fait un menuconfig pour récupérer le fichier de configuration. Je l'ai donc copié vers le nouveau kernel et fait un oldconfig puis compilé le kernel et généré un initrd. Un petit tour plus tard dans /boot/grub/menu.lst et j'avais tout ce qu'il fallait pour redémarrer mon système.

Le multimédia n'a (presque) pas posé de problème. Le son utilise ALSA (qui était muet par défaut, mais un petit tour dans alsamixer règle le problème). La vidéo a été un peu plus irritante. J'ai ainsi installé totem (qui utilise xine-lib en backend) et j'ai eu un bel écran bleu en overlay à la lecture d'un DVD. La recompilation avec le kernel 2.6.7-rc1 avec les derniers pilotes Nvidia règle le problème. Mplayer marche correctement de son coté sans recompilation (mais ne gère pas les menus de DVDs).

Voici donc le mot de la fin sur cette nouvelle mouture communautaire de RedH... euh, Fedora. Bon en définitive, vous aurez après installation une distribution avec moins de paquets qu'une Mandrake, et un peu plus rigide au niveau configuration. L'apport Gnome 2.6 est très sympathique. La gestion de paquets entre yum et apt vous permet une souplesse assez convaincante. Fedora souffre encore de quelques bugs de jeunesse mais elle s'améliore à grands pas. N'hésitez pas à l'installer au bureau, je pense qu'elle devrait attirer quelques décideurs. RedHat va baser sa version desktop sur la Fedora Core 2 en sortant une version entreprise bientôt (actuellement en test). Je trouve encore un peu dommage les installations nécessaires pour avoir un système multimédia aussi léché que Mandrake mais on avance ...



Copyright (c) 2003-2004 FRLinux. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. Copy of the GNU Free Documentation Licence

Contacter le responsable de la rubrique Linux