Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Sur le desktop, Linux s'accommode mal de peu de RAM », d'après un contributeur du noyau
Qui estime qu'il s'agit d'un bogue à corriger

Le , par Patrick Ruiz

70PARTAGES

17  0 
Artem S. Tashkinov est connu sur la toile pour ses publications pour certaines très controversées. Par exemple, la question de savoir pourquoi Linux ne connaît pas de succès sur le desktop comme Windows continue de faire couler beaucoup d’encre. Il y a deux ans, il s’est exprimé sur celle-ci et a dressé SA liste de raisons pour lesquelles ça ne le fait pas pour Linux dans cette filière. L’une des pistes qu’il arrive que des tiers explore est qu’il en est ainsi parce que Microsoft tient d’une façon ou d’une autre les fabricants de matériel. Artem S. Tashkinov s’était inscrit en faux et avait plutôt souligné que c’est la communauté elle-même qui plombe le succès de l’OS sur le desktop.

Dans une publication parue il y a peu sur la liste de diffusion de mail du noyau Linux, il indique que l’OS est mauvais au jeu de la gestion de faibles quantités de mémoire vive. « Lorsqu’une tâche requiert plus de mémoire vive que disponible, le système se bloque au point où il devient impossible de déplacer le pointeur de la souris. La DEL du disque dur se met à clignoter de façon incessante. De plus, il devient impossible de lancer de nouvelles applications ou d’arrêter celles en cours de fonctionnement. Je pense que ce n’est pas de cette façon que le système doit se comporter dans de telles situations », indique-t-il avant d’ajouter que « c’est un bogue qui affecte de nombreux utilisateurs du système d’exploitation depuis plusieurs années et qui est reproductible en moins de quelques minutes sur la dernière version du noyau. »


Artem propose à ceux désireux de faire le même constat que lui de passer par trois étapes : limiter à l’aide d’une commande la quantité de mémoire vive disponible sur le système à 4 Go, désactiver l’espace d’échange (swap) pour accélérer le processus, lancer un navigateur et ouvrir autant de pages que possible. Plus que tout dans ce développement, c’est même la nécessité de la mise sur pied d’un espace d’échange qui est à questionner. En effet, la nécessité de simuler un supplément de mémoire vive sur disque laisse filtrer que c’est l’approche Linux pour anticiper sur les cas où la ressource mémoire vive peut être insuffisante. C’est une solution, mais le développement d’Artem suggère qu’il faut améliorer le kernel de sorte qu’il ne soit même pas nécessaire de faire usage d’espace d’échange. En tout cas, même avec l’espace d’échange actif, il arrive de constater sous certaines distributions que le système plante au point où il devient impossible de déplacer la souris, de lancer de nouvelles applications ou d’arrêter celles en cours de fonctionnement.

En sus, il y a que l’usage de l’espace d’échange présente moins d’intérêt dans certains cas de figure. En effet, il ne faut pas perdre de vue que la multiplication des accès à cet espace peuvent raccourcir la durée de vie du support de stockage de masse. Ainsi, dans des situations où l’on décide de ne pas en faire usage, il faut que le système puisse tenir la route.

Il y a quelques années, un internaute qui répond au pseudonyme Hackerman1 a gratifié Microsoft d’une grosse publicité en publiant une capture d’écran de l’installation de la RC1 de Windows 7 sur un PC doté d'un Pentium II à 266 MHz et de seulement 96 Mo de mémoire vive.



Ce qu’il faut dire c’est que de tels « exploits » ne sont possibles que parce que l’approche swap n’est pas exclusive à Linux. Oui, les systèmes d’exploitation de Microsoft s’appuient eux aussi sur un espace d’échange.

Source : lkml

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Avez-vous constaté qu’il arrive que Linux plante au point où il devient impossible de déplacer la souris ? Si oui, s’agit-il d’un bogue ?

Linux est-il le seul système d’exploitation dans cette situation ?

Artem pose-t-il un problème qui n’en est pas un ?

Voir aussi :

« Linux sur Desktop est une catastrophe de Tchernobyl » pour le créateur de GNOME qui n'a pas lancé son poste Linux depuis fin 2012

Le support des applications Linux débarque en préversion sur Chrome OS dans un premier temps sur Pixelbook

« L'année de l'ordinateur de bureau Linux est arrivée » selon le Directeur de la Technologie d'Intel

2017 est officiellement l'année de Linux desktop selon un utilisateur de macOS : le patron de la Fondation Linux, quel message aux fans de Linux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Markand
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 10:46
Ce n'est pas spécifique à Linux. C'est spécifique à ce qu'on fait. Maintenant tout le monde code des nouvelles applications en electron qui nécessitent une quantité astronomique de RAM. Moi j'arrive à faire tourner mon système sous 3Go de ram sans aucun problème. Il suffit de choisir les bons outils.
12  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 13:12
Je dois avouer que cela m'arrive un peu trop fréquemment, même avec 8Go ou 16Go de ram, je suis passé à 32Go pour être tranquille.

Le problème est que certaines applications peuvent avoir des fuites de mémoires, ou être très consommatrices si on lance plusieurs instances.
Sauf que lorsque cela m'arrive, je ne peux pas tout simplement tuer le processus responsable et je suis obligé de redémarrer le système.

Une solution serait de réserver une petite quantité de RAM au système (e.g. 40Mo - je donne un chiffre au hasard), pour au moins avoir un terminale disponible (e.g. via Crtl+Alt+F1). Une autre plus intéressante serait de refuser l'allocation aux applications non-prioritaires si cette allocation fait que la quantité de ram restante se retrouve en deçà d'un certain seuil. À l'application ensuite de se démerder (e.g. afficher une erreur).
7  0 
Avatar de matd.h
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 11:36
Possesseur d'un asus x205ta (2gb de ram, processeur intel patate, Xubuntu 18.04), j'arrive à faire tourner en simultané IntelliJ IDEA, Tomcat, Chrome avec 5-6 onglets et un terminal.
Alors oui c'est pas le truc le plus rapide du monde et parfois il ralenti bien mais au moins il crash pas et revient à la normal après un petit temps, ce qui je trouve est plutôt un bon comportement.
Faut que le monsieur revoit l'usage de son ordinateur..
5  0 
Avatar de emixam16
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 11:52
Pour le coup c'est vraiment n'importe quoi. Par ex,des Raspberry Pi tournent de manière très fluide avec 512 ou 1GO de RAM je n'ai jamais eu de problème.

Après c'est évident que si tu as 2GO de RAM et que tu veux faire tourner des applications a 4GO de RAM tu vas avoir des problèmes, mais bon... Clairement, il existe des alternatives légères à quasiment toutes les applications sous Linux donc tu peux t'en sortir même avec une petite quantité de RAM.

Ce développeur râle mais ne propose rien de concret pour limiter ce problème... Donc son témoignage n'a pas spécialement de valeur... Pour moi, c'est encore un random qui veut lancer un débat de comptoir pour faire parler de lui.

D'ailleurs, Windows n'est pas spécialement meilleur en terme de gestion de mémoire...
5  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 11:37
Je fais tourner des VM Linux avec 512 Mo de RAM. Elles répondent très bien.

Et Ulimit par exemple c'est pour les chiens ? Après si on travaille avec une interface graphique en root, ce qui est déconseillé.

Je ne connais pas l'auteur, il est dit qu'il est familier des publications controversées mais pas si il a des compétences ou si c'est un développeur de noyau.

ulimit n'est pas fait pour limiter les capacités d'un process en particulier mais d'un utilisateur/une session. Par contre ça doit être faisable avec les cgroups.
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 12:12
Sous Windos, tant que le ctrl-alt-suppr fonctionne, tu peux arriver à t'en sortir, sinon c'est mort. Sous Linux, tu dois pouvoir ouvrir une autre console en root pour killer le process incriminé, résultat non garanti si ta GUI tourne en root, mais KDE et Gnome ne te le permettent pas par défaut.

Windows founi une fonction dans son API : SetProcessWorkingSetSize, encore faut il que les applis l'utilisent. Sous windows Server, il y avait Windows System Resource Manager mais qui est maintenant déprécié.

Dans les deux cas (Windows et Linux), tu peux récupérer la main mais pas tout le temps.
4  0 
Avatar de anykeyh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 13:20
La moitié des reponses ci-dessus disent que Linux tourne bien sur de petites configs. Je ne pense pas que ce soit le sujet du bug.

Le sujet du bug, c'est lorsque la mémoire vive est saturé: le système devient incontrolable, là où il devrait au pire tuer des applications.

D'ailleurs, dans le message original LKML, Artem désactive la zone swap et se demande du pourquoi de l'affolement de son disque dur (et il a raison: sans swap, pourquoi le disque se mets a tourner lorsque le système est OOM?)
4  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 14:56
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
il y a les cgroup sous linux pour limiter cpu, ram ... par processus...
Sauf qu'on aimerait bien que ce soit fait de base plutôt que d'avoir à s'enquiquiner avec.

D'autant plus que ce n'est pas la première chose à laquelle on pense quand on installe un système, i.e. il faut déjà que cela nous arrive 3-4 fois pour qu'on commence à penser à utiliser les cgroup. Sachant que cela demande de passer du temps à se pencher sur la question, surtout quand on n'est pas familier avec les cgroup.
4  0 
Avatar de destroyedlolo
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 17:12
Mouai, j'ai des machines avec seulement 512 Mo qui fonctionnent très bien avec LXDE et sans bouffer de la swap (évidement, il ne faut pas vouloir ouvrir 15 000 pages dans firefox).
Je suis meme décendu a 128 Mo mais uniquement pour du web en remplacant FF par Midori avec toutes les limitations que ca implique.
Le tout sous Gentoo.

Pour testé, je suis meme descendu a 64 Mo avec l'excellent TinyCoreLinux et leur site annonce même pouvoir décendre a 16 Mo

Par contre, le problème de swap est bien réel et pas uniquement limité aux desktop : certaines compilation en C++ ont des besoins vraiment gargantuesque en mémoire.
Pour le desktop, la solution serait d'interdire a certains process cruciaux d'etre swapper pour garantir des temps de réponses immédiats ...
3  0 
Avatar de smobydick
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 11:58
L'os qui se fige quand trop de ram a été consommé ça me les brise. Certes dans 100% de cas c'est de ma faute, mais sur Windows cela ne se comporte pas de cette façon : ca fige, ca te rend la main, tu tues le processus en question et/ou tu kill les applis qui consomment trop.
Sur Linux même ma souris ne bouge plus dans ce cas : redémarrage forcé obligé.
J'avais fais une recherche à ce sujet, et apparemment c'est comme ça depuis toujours il me semble. Mais rien est prévu dans les tuyaux ?
2  0 
Responsable bénévole de la rubrique Linux : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web