Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Contrairement à Windows et macOS, il n'existe pas de plateforme Linux,
Tobias Bernard, un designer travaillant sur GNOME, essaie d'expliquer l'échec de Linux sur desktop

Le , par Michael Guilloux

116PARTAGES

20  0 
Linux est le plus grand projet communautaire dans le monde du développement. Il s'impose dans presque tous les domaines technologiques (serveurs, cloud, mobiles, superordinateur, etc.). Mais il fait un bide sur le marché des PC. Plusieurs ont essayé d'expliquer cela par de nombreux problèmes, y compris le manque de constructeurs proposant des PC avec Linux préinstallé ; le support des pilotes et des logiciels propriétaires ; des interfaces utilisateur que les gens trouvent parfois très basiques ; ou encore le problème de fragmentation de l'écosystème.

Parmi les grands noms de la tech qui ont donné leur avis sur la question, on pourrait citer Linus Torvalds pour qui, si Linux a du mal à réussir sur le marché des OS desktop, c'est principalement à cause de la fragmentation de l'écosystème. Mark Shuttleworth, fondateur et PDG de Canonical (éditeur d'Ubuntu), a, quant à lui, évoqué le manque de vision futuriste. Il blâme la communauté qui, selon lui, essaie plus de faire des choses qui ressemblent à ce qui existe déjà, au lieu d'innover (comme il a voulu le faire avec le projet Unity) ; ce qui conduit à des forks et fragmentations, qui vont à leur à tour freiner l'adoption de Linux sur desktop.


Mais pour Tobias Bernard, designer travaillant pour Purism afin d'apporter GNOME sur mobile avec le téléphone Librem 5, le véritable problème de Linux est que, contrairement à Windows et macOS, il n'y a pas vraiment de plateforme Linux. « Je pense que le cœur du problème est en fait la couche en dessous : avant de pouvoir avoir des écosystèmes sains, nous avons besoin de plateformes saines pour les construire », dit-il. Mais qu'est-ce qu'une plateforme ?

Pour lui, les plateformes qui connaissent du succès se distinguent par différents éléments qu'on peut manquer facilement en regardant simplement la surface. Du côté des développeurs par exemple, elles disposent d'un OS que les développeurs peuvent utiliser pour créer des applications et elles proposent un SDK et des outils développeur intégrés au système d'exploitation. Il faut également de la documentation pour les développeurs, des didacticiels, etc. pour que les gens puissent apprendre à développer pour la plateforme. Et une fois les applications créées, il doit y avoir un magasin d'applications pour les soumettre.

Mais les développeurs ne peuvent pas créer d'excellentes applications par eux-mêmes. Cela dit, il faut également des designers. Et les designers ont besoin d'outils pour simuler et prototyper les applications ; des modèles d'interface utilisateur pour des choses comme la mise en page et la navigation afin que chaque application n'ait pas à réinventer la roue ; et un langage de conception graphique pour pouvoir visuellement adapter leur application au reste du système. Il faut également des directives d'IHM documentant tout ce qui précède, ainsi que des didacticiels et d'autres ressources pédagogiques pour aider les gens à apprendre à concevoir des applications pour la plateforme.

Du côté de l'utilisateur final, Tobias Bernard explique qu'il faut vous un système d'exploitation grand public avec une boutique d'applications intégrée, où les gens peuvent obtenir les applications créées par les développeurs. L'OS grand public peut être le même que l'OS développeur, mais pas forcément (par exemple, ce n'est pas le cas pour Android ou iOS). Les utilisateurs doivent aussi disposer d'un moyen d'obtenir de l'aide ou un support lorsqu'ils ont des problèmes avec leur système (qu'il s'agisse de magasins physiques, d'un site Web d'aide ou autre).


En d'autres mots, Tobias Bernard estime qu'on ne peut pas parler de plateforme avant de remplir quatre conditions essentielles : un système d'exploitation, une plateforme développeur, un langage de conception et un magasin d'applications. Sur cette base, si nous cherchons dans le monde du logiciel libre, où sont les plateformes ? Selon Tobias Bernard, le seul OS remplissant les quatre conditions dans le monde libre est Elementary OS.

Linux ? Non, car Linux est un noyau, qui peut être utilisé pour créer des systèmes d'exploitation autour desquels peuvent être créées des plateformes, comme Google l'a fait avec Android. Mais un noyau en lui-même ne remplit pas les quatre conditions, et n'est donc pas une plateforme.

En regardant parmi les distributions, on peut penser à Ubuntu, qui est clairement parmi les plus populaires et qui, contrairement aux autres, a son propre magasin d'applications. Mais Ubuntu n'est toujours pas une plateforme, car il n'a pas les éléments les plus critiques, à savoir un SDK ou une pile technologique pour les développeurs et un langage de conception. D'autres distributions se trouvent dans une situation similaire à Ubuntu, mais pire parce qu'elles n'ont pas de boutiques d'applications.

GNOME ? C'est la pile de bureau la plus populaire dans le monde du logiciel libre, et il possède un SDK et un langage de conception. Mais, il n'a pas de système d'exploitation. De nombreuses distributions sont livrées avec GNOME, mais elles sont toutes différentes d'une manière ou d'une autre, donc elles ne fournissent pas un objectif de développement unifié.

En résumé, le fait qu'il n'y ait pas de plateforme Linux (une "plateforme" dans le monde Linux qui remplit ces quatre conditions) rend difficiles le développement et la distribution d'applications avec une bonne expérience utilisateur. Ce qui pourrait être la racine de tous les maux de Linux sur desktop.

Source : Tobias Bernard

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Voyez-vous dans les explications de Tobias Bernard le véritable problème freinant l'adoption de Linux sur desktop ?

Voir aussi :

Si Linux a de la peine à s'imposer sur le desktop c'est à cause de la fragmentation de l'écosystème, d'après Linus Torvalds
« Linux a échoué sur le Desktop » pour le créateur de GNOME, un avis tranché qui divise la communauté open source
2017 est officiellement l'année de Linux desktop selon un utilisateur de macOS : le patron de la Fondation Linux, quel message aux fans de Linux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Dasoft
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2019 à 16:21
C'est quand même très minimaliste de diriger les utilisateurs de Windows 7 vers un système Linux sans prendre connaissance de l'utilisation réelle de l'utilisateur.
Chaque système a ses avantages et inconvénients et là, ils ciblent que les potentiels avantages...
18  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 08/12/2019 à 11:09
Citation Envoyé par Mrsky Voir le message
C'est vrai que c'est de mieux en mieux mais ce n'est encore pas la norme, en tous cas les 2 jeux auxquels je joue (League of Legends et MTG Arena) ne sont pas compatible Linux sans passer par Wine, et je joue trop occasionnellement pour avoir envie de me faire chier avec ca. Du coup ben je ne joue pas (ce qui est pas forcément mal mais bon c'est un autre débat )
Je te rassure, t'as la même chose sur mac même si c'est dans une moindre mesure

Citation Envoyé par Mrsky Voir le message
Ça c'est un sacré problème, parce que c'est quand même infiniment mieux de pouvoir utiliser un logiciel propriétaire sur un OS open source que ce même logiciel sous Windows ou MacOS. La réponse des intégristes c'est de ne pas utiliser le dit logiciel, or il faut qu'ils remettent les pieds sur terre car si leur combat a du sens dans un certain contexte, ils bloquent totalement le côté progressif de l'adoption de l'open source et/ou du libre en estimant que c'est tout ou rien.
Ah ça... a la grande époque d'IRC, je faisais du support linux pour les n00bs et les 90% ressassez sans cesse le même mantra "sapu cépalibre"... le même genre de crétin qui te kick/ban si t'utilise UTF au lieu d'ISO, à te sortir qu'ipv6 c'est de la merde. C'est surtout plus compliqué à retenir les IPv6 de tête et beaucoup plus long de faire des mass scan pour trouver des victimes facile et ça se prenait pour du hacker alors qu'incapable de créer ses propres outils, juste bon à exploiter des failles rendu publique et être fier de sa capacité de nuisance.

Un type voulant se faire un peu d'argent en tentant de vendre son logiciel ou ne partageant pas les sources pour x raison se faisait systématiquement lyncher sur place.

Ca prétendait militer pour l'univers du libre mais ils ont surtout dégouté tout les lambdas qui voulaient simplement se passer de windows sans forcément devenir des disciples de RMS et les petits dev qui y voyait une herbe plus verte que chez microsoft.
Une majorité de trou d'balle se prenant pour des génies, on y retrouve souvent la même mentalité dans une parti dans ceux qui arrivent à aligner deux lignes de code et qui se pensent supérieur parce que la majorité de la population n'a pas appris à le faire

En même temps, un intégriste intelligent
12  0 
Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/12/2019 à 10:15
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Mais Ubuntu n'est toujours pas une plateforme, car il n'a pas les éléments les plus critiques, à savoir un SDK ou une pile technologique pour les développeurs et un langage de conception.
...
GNOME ? C'est la pile de bureau la plus populaire dans le monde du logiciel libre, et il possède un SDK et un langage de conception. Mais, il n'a pas de système d'exploitation.
Il faudra peut-être dire à Tobi que quand on installe ubuntu, ça installe aussi le noyau linux et la pile gnome...

Quant à "l'échec" de linux sur desktop, même si linux n'avait que 1% de pdm, ça fait quand même des millions d'utilisateurs, alors qu'il y a quasiment aucun marketing dessus. Perso, ça me conviendrait si tous mes projets étaient de tels "bides".
11  2 
Avatar de N_BaH
Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 15:27
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Debian n'est pas une distrib simple ni dédiée au desktop.
ah, non ! On ne peut pas dire ça. -10 !
Pour l'installation, il n'y a qu'à se laisser guider, depuis longtemps (pour moi, toujours), et, pour le desktop, je n'ai, aussi, longtemps connu que ça sur Debian.
Debian est un système robuste quelle que soit l'utilisation souhaitée.

De plus, le sujet c'est les raisons de la faible utilisation de linux pour le desktop, pas de faire le support technique de ton problème bien particulier, ouvre un topic pour cela.
+1
6  0 
Avatar de bouye
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/12/2019 à 0:18
C'est comme une voiture, l'utilisateur lambda il veut pas savoir comment ça marche ou être libre de changer de tableau de bord quand ça lui chante, de rajouter des ailerons quand ça lui plait ou tuner son moteur selon ses désirs, il veut juste que ca marche sans se prendre la tête.

Pour l'humain lambda moyen pas informaticien et pas intéressé pour l’être, la seule distrib Linux facile d’accès pour laquelle il réfléchit pas trop c'est Android. Pour les autres (distribs), il y pige que dalle, a besoin que qqun d'autre fasse le setup (et l'administration/maintenance pour lui) voir pire (o horreur!) s'investisse pour apprendre comment ça marche et faire ça tout(e) seul(e).

Donc il fera sont papillon de nuit qui est attiré par les projecteurs du marketing et de la pub. Coté Windows, ben quoi qu'en en dise ça marche plus souvent et c'est moins prise de tête et en cas de soucis ben pour les marques constructeur, on a toujours 1-3 ans de garanti ou c'est eux qui vont gérer les soucis sans que tu ai a te prendre la tête sur l'OS. macOS est encore plus accessible pour le pécum moyen mais évidement moins courant chez le lambda à cause de son prix rédhibitoire.

Quand on te sort "c'est parce que le marché est fragmenté" c'est typiquement la réaction d'un informaticien moyen qui a rien compris au marche ciblé : tu veux cibler les gens qui ont envie de bidouiller, un peu rebelle et qui ne veulent pas être dépendant d'un grand vendeur, Linux c'est parfait ; tu veux les millions d'utilisateurs anonymes qui veulent juste un PC pas prise de tête, Linux c'est pas pour eux (à part Android mais du coup on retombe sur la logique des grands vendeurs).
5  0 
Avatar de Cb4tech
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/12/2019 à 7:15
Cela fait des années que j'utilise Linux professionnellement, et les logiciels libres, l'échec de Linux sur pc est essentiellement dû au monopole de Windows sur les machines. À l'utilisation je trouve même plus simple l'interface unbuntu par rapport à W10.
7  2 
Avatar de Kuki el gato
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 5:25
Sûr que décrit par des fanatiques windowsiens, Linux n'est rien et ne le sera jamais.
Mais chez Linux on s'en fout, nos plateformes marchent aussi bien et on a peut être pas tout à fait les mêmes softs, mais on fait le même boulot.
Alors pourquoi n'êtes vous pas heureux ? Nous on n'aime pas voir les Windowsiens tristes ! Pensez que c'est bientôt Noel !
5  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 17:56
Debian n'est pas spécialement difficile à utiliser. Je pense qu'Ubuntu reste plus simple à utiliser quand on débute.

Je me contente de démontrer avec des exemples pourquoi Linux les distrib's desktop Linux ne peuvent pas décoller
Ce qui a été démontré, c'est uniquement que bidouiller ou sortir des procédures standards nécessite des compétences pour obtenir le résultat voulu. Ce n'est pas spécifique à Linux. Il n'est pas nécessaire de compiler pour avoir un éditeur de texte, sauf bien sûr si celui-ci n'est fourni que sous forme de code source. Tu aurais pris les réglages par défaut, tu aurais eu un éditeur de texte. Et si tu étais parti sur une Ubuntu, tu aurais eu Gedit qui est un éditeur de texte correct.

Tu as choisi une distribution pas spécifiquement grand-public et dont l'éditeur de texte par défaut ne te convient pas. Et tu es parti vers une compilation non nécessaire.

La ou Linux bat à plate couture Windows, c'est que tu peux démarrer sur un live (cd/usb) qui te fourni un système complet opérationnel.Et tu peux même garder un système et tes données sur une clé USB avec le mode persistence Cela permet de facilement tester sans rien changer à sa machine. Ubuntu (et d'autres) permet de facilement s'installer à coté de Windows, et merci Windows de venir écraser Grub par son boot manager sans rien demander à personne.

Comment connais tu Linux ? Il est là le prob. Si tu ne le vois pas pré-installé, si tu ne le vois pas à l'école ...
Avec les premières versions Slackware, je veux bien admettre que c'était compliqué, mais maintenant avec une Ubuntu, pour faire du web et de la bureautique de base, je vois pas la difficulté. Après c'est un prob d'offre logicielle, pas système (bien que sans logiciels adaptés à son besoin, un OS est inutilisable).
5  0 
Avatar de Mrsky
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/12/2019 à 10:26
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Pas tout à fait d'accord. Quand on va sur un site pour télécharger une application propriétaire/un jeu on y trouve macOS, Windows et Linux sans spécifier la distribution et dans 90% des cas ça fonctionne que ce soit sur une debian, Ubuntu ou encore Gentoo pour les plus énervés.
C'est vrai que c'est de mieux en mieux mais ce n'est encore pas la norme, en tous cas les 2 jeux auxquels je joue (League of Legends et MTG Arena) ne sont pas compatible Linux sans passer par Wine, et je joue trop occasionnellement pour avoir envie de me faire chier avec ca. Du coup ben je ne joue pas (ce qui est pas forcément mal mais bon c'est un autre débat )

Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Il y a aussi bien trop d'intégristes fan d'RMS, ça vire carrément à l'option pour pouvoir installer des logiciels qui n'ont pas la bonne licence à leurs yeux. Autant définir une distrib clairement affiché "serveur" pour éviter les soucis de license et end user pour les autres, même si c'est déjà un peu le cas si on prend debian pour installer un serveur fiable rapidement et Ubuntu pour avoir un desktop installable par des n00bs.
Ça c'est un sacré problème, parce que c'est quand même infiniment mieux de pouvoir utiliser un logiciel propriétaire sur un OS open source que ce même logiciel sous Windows ou MacOS. La réponse des intégristes c'est de ne pas utiliser le dit logiciel, or il faut qu'ils remettent les pieds sur terre car si leur combat a du sens dans un certain contexte, ils bloquent totalement le côté progressif de l'adoption de l'open source et/ou du libre en estimant que c'est tout ou rien.
4  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 09/12/2019 à 17:56
néanmoins, ce que je lui concède, c'est que les choix nous laissent face à des noms qui n'ont aucune signification pour le néophyte, pas d'indication sur les fonctionnalité/différences, pas d'indication sur les ressources consommés, sur le fait que ce soit nouveau ou mature, etc.
Même problème quand on active/désactive des fonctionnalités Windows, où parfois l'infobulle indique juste une simple répétition du nom de l'objet pointé.
4  0